L'Usine Aéro

Londres fixe ses priorités pour le projet de fusion EADS/BAE

, , ,

Publié le

Le projet de fusion entre EADS et BAE doit préserver la sécurité nationale et l'emploi en Grande-Bretagne, a déclaré le 7 octobre le ministre des Finances britannique George Osborne, à trois jours de la date limite de présentation dudit projet.

Londres fixe ses priorités pour le projet de fusion EADS/BAE © D.R. - EADS

Ce rapprochement de 35 milliards d'euros suscite bien des interrogations, notamment sur le rôle des Etats dans la future entité, question qui donne lieu à de sérieuses divergences entre Londres, Paris et Berlin.

La France veut conserver une participation, tout en n'excluant pas de la faire évoluer en l'augmentant, tandis que l'Allemagne veut une place équivalente à celle de la France pour ne pas rester à l'écart de autres grandes puissances et que la Grande-Bretagne veut restreindre le plus possible le rôle des Etats, ont dit plusieurs personnes au fait des discussions.

EADS et BAE Systems veulent également une intervention minimale des Etats, ne serait-ce que pour protéger les acquis du groupe britannique aux Etats-Unis, très présents sur des contrats du Pentagone dits "sensibles".

"Notre approche de ce dossier est de dire très clairement que nos priorités sont bien sûr la sécurité nationale du Royaume-Uni et, deuxièmement, les emplois et l'investissement au Royaume-Uni", a dit George Osborne à l'antenne de Sky TV.

"Ce sont les éléments à l'aune desquels nous allons juger la proposition que ces deux sociétés nous ont soumises", a-t-il ajouté.

Un porte-parole d'EADS a dit le 6 octobre que le groupe européen d'aéronautique et de défense poursuivait des discussions "constructives" avec les Etats et qu'il restait convaincu de la pertinence de cette alliance.

"Nous poursuivons nos discussions constructives avec les gouvernements", a dit le porte-parole. "Nous restons persuadés que nous avons soumis une excellente proposition pour l'Europe".

Selon une source gouvernementale française, la date-limite pourrait être repoussée de 28 jours, une perspective qui n'est pas du goût des sociétés concernées pour l'instant, en l'absence de progrès concrets.

Des collaborateurs des chefs d'Etat et de gouvernement des trois pays concernés ont tenu une vidéoconférence le 5 octobre et "tout mis sur la table pour voir si nous pouvons aller de l'avant", a ajouté la source.

EADS et BAE ont démenti un article du Spiegel selon lequel les discussions avaient abouti à une impasse, rendant le projet mort-né.

Une source parlementaire française a dit cette semaine que le président François Hollande était prêt à contacter la chancelière allemande Angela Merkel sur ce dossier. Rien ne dit pour l'heure que le moindre contact soit prévu.

(avec Reuters, Guy Faulconbridge et Gernot Heller)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte