Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Loi Pacte : Vinci a contacté des fonds en vue de la privatisation d'Aéroports de Paris

, , ,

Publié le , mis à jour le 18/06/2018 À 07H49

Vinci contacte des investisseurs pour lancer une offre sur les parts que l'État devrait céder dans le capital d'Aéroports de Paris. Le 18 juin, le projet de loi "Pacte" doit être présenté en conseil des ministres pour ouvrir la voie à la privatisation, entre autres, du groupe ADP.

Loi Pacte : Vinci a contacté des fonds en vue de la privatisation d'Aéroports de Paris © Hannah Swithinbank CC Flickr

Le groupe de BTP et de concessions Vinci a contacté des investisseurs en vue de lancer une offre sur les parts que l'État devrait céder dans le capital du groupe Aéroports de Paris (ADP), a appris Reuters le 15 juin de quatre sources financières.

Le projet de loi "Pacte" autorisera l'État, qui détient 50,63% du capital de l'exploitant des aéroports de Roissy et Orly, à passer sous le seuil de 50%. Il sera présenté ce lundi 18 juin en conseil des ministres, puis au Parlement fin 2018 ou début 2019.

ADP a gagné près de 10% en Bourse de Paris la semaine du 11 juin. Sa capitalisation boursière s'élève à 19,1 milliards d'euros.

Des propositions à des fonds de pension canadiens

Deux sources financières ont déclaré que Vinci, qui détient 8% du capital d'ADP et s'est déjà dit prêt à se renforcer, a proposé à des fonds de pension, dont Canada Pension Plan Investment Board (CPPIB), Ontario Municipal Employees Retirement System (OMERS) et Ontario Teachers' Pension Plan (OTPP), de s'associer à une éventuelle offre.

CPPIB et OMERS ont refusé de commenter ces informations. Vinci et OTPP n'étaient pas disponibles dans l'immédiat pour un commentaire.

Selon une troisième source, la cession de parts de l'État dans ADP devrait être lancée officiellement au premier trimestre 2019. Vu la taille de l'exploitant d'aéroport, des banquiers ont estimé que la participation de contrôle du gouvernement pourrait être divisée en plusieurs parties qui seraient vendues séparément.

Des fonds américains et du moyen-orient également intéressés

Une des sources a dit s'attendre à ce que des fonds américains et du Moyen-Orient préparent aussi des offres, éventuellement en constituant des consortiums.

Les aéroports européens attirent les sociétés de capital-investissement, les fonds de pension et les fonds spécialisés dans les infrastructures depuis plusieurs années car ils offrent un fort potentiel de croissance compte tenu du développement du trafic aérien et du chiffre d'affaires des magasins, hôtels et parkings.

L'investisseur australien Macquarie s'apprête de son côté à revendre l'aéroport de Bruxelles au cours de l'été 2018, selon des sources proches du dossier.

Au Royaume-Uni, des sources bancaires s'attendent à ce que le fonds Global Infrastructure Partners vende ses parts des aéroports d'Edimbourg et Gatwick d'ici un an ou deux.

L'État aura un droit de veto

Le projet de loi "Pacte" prévoira un changement de statut pour ADP afin de limiter à 70 ans la détention et l'exploitation de ses actifs, a-t-on précisé à Bercy.

De son côté, l'État disposera d'un droit de veto sur les cessions d'actifs du groupe. Il négociera également avec ADP un contrat de régulation économique fixant tous les cinq ans le montant des investissements, le niveau et l'évolution des redevances aéroportuaires, sous le contrôle d'une autorité indépendante.

 

Avec Reuters

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle