Quotidien des Usines

Lohr Industrie, en cessation de paiement, mais toujours en discussion avec Alstom

, ,

Publié le

Le tribunal laisse du temps à la négociation et se prononcera dans une semaine sur un éventuel redressement judiciaire.

Lohr Industrie, en cessation de paiement, mais toujours en discussion avec Alstom © Jean-Louis Salque - L'Usine Nouvelle

Un fleuron de l'industrie alsacienne est désormais officiellement en péril. Comme cela était envisagé depuis la semaine dernière, Robert Lohr, fondateur et P-DG du fabricant alsacien de systèmes de transport Lohr Industrie (940 salariés), s'est présenté aujourd'hui lundi 4 juin devant la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg (Bas-Rhin). Lors d'une audience à huis clos, il y a déclaré l'état de cessation de paiement de son entreprise, qui achoppe à trouver un accord avec Alstom et le FSI pour la reprise de sa filiale Translohr (200 salariés), dédiée aux tramways sur pneus.

Mais à la demande de l'avocat de l'entreprise, le tribunal a mis sa décision en délibéré. Il se prononcera lundi prochain. Selon Yves Mattern, délégué CFDT, ce délai doit "permettre de négocier un accord qui est encore possible avec Alstom". "L'avocat (de Lohr Industrie, ndlr) a dit que les négociations pouvaient encore aboutir jusqu'à demain matin", affirme le syndicaliste.

Pour sa part, Robert Lohr ne s'est attardé qu'une trentaine de secondes face aux micros et aux caméras. Il a prononcé une poignée de mots avant de s'éclipser. Oui, "ce n'est pas impossible" que les négociations aboutissent avec Alstom et le FSI. Non, "il n'y a plus d'autre offre" de reprise. Cette offre est-elle donc la seule chance de sauver l'entreprise ? "Je ne sais pas si c'est une chance, mais c'est la seule avec laquelle nous discutons"...

60 millions d'euros

En avril, Alstom et le FSI avaient affirmé qu'ils "étudiaient" le rachat conjoint de 85 % de Translohr, pour un montant de 60 millions d'euros. Cette opération aurait permis à Lohr Industrie de sortir la tête de l'eau, alors que les finances du groupe sont exsangues après plusieurs années de crise sur le marché des remorques porte-voitures, qui reste l'activité-phare du groupe alsacien.

Mais le montant de l'offre de reprise a été revu à la baisse. "Cette offre est insuffisante", a dit vendredi Jean-François Argence, directeur commercial de Translohr. Selon lui, elle "ne permettrait pas de pérenniser à court terme l'ensemble des activités du groupe Lohr".

"L’activité de Translohr est beaucoup plus dégradée que ce qu’on nous avait dit. Il faudra injecter plusieurs dizaines de millions d’euros pour assurer la poursuite de l’activité", a justifié le P-DG d'Alstom, Patrick Kron, dans une interview accordée aux Dernières Nouvelles d'Alsace et publiée samedi. Si le groupe alsacien devait être placé en redressement judiciaire, a-t-il ajouté, "nous resterons prêts à assurer l’avenir de Translohr dans des conditions économiques acceptables".

Selon Yves Mattern, de la CFDT, les salaires du mois de mai n'ont pas été versés. Il raconte que les salariés sont aujourd'hui divisés au sujet de leur patron : "Certains lui en veulent beaucoup mais une grande partie restent reconnaissants parce qu'il a préservé l'emploi. C'est malheureux à dire, mais on est dos au mur aujourd'hui parce qu'il n'a pas voulu licencier massivement ".

Le montant de la transaction avec Alstom et le FSI pose toujours problème et « il faudrait que des banques renoncent à leurs créances, dit Yves Mattern. Le dossier est désormais, parmi d'autres, sur le bureau du ministre du Redressement productif.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

06/06/2012 - 15h55 -

Je ne comprend TOUJOURS PAS comment une entreprise multinationale comme LOHR a pu en arriver là ? Encore la "CRISE" ou plutôt la "Mauvaise gestion" ?
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte