Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Logiciels : 20% de revenus en plus pour les principaux éditeurs européens

, , ,

Publié le

Les 100 premiers éditeurs de logiciels ont réalisé un chiffre d’affaires de plus de 37 milliards d'euros en 2011, en croissance de 20%. Les embauches sont au rendez-vous comme les investissements en R&D. Mais la filière réclame toujours des aides fiscales et la mise en place d'un Small Business Act, qui vient justement d'être évoqué dans le rapport Gallois.

Logiciels : 20% de revenus en plus pour les principaux éditeurs européens © D.R.

Malgré le climat économique difficile, l'industrie européenne du logiciel se maintient à flot et s'assure même une croissance à deux chiffres. C'est du moins le cas pour les 100 plus gros acteurs du secteur dont le chiffre d'affaires a augmenté de 20% entre 2011 et 2010 pour atteindre : 37,2 milliards d'euros. Ce chiffre est issu de la septième édition du "Truffle 100", classement des 100 premiers éditeurs de logiciels. Il est établi par la société de capital-risque Truffle Capital, en partenariat avec les sociétés d'études CXP et IDC ainsi que le Syntec Informatique.

"Cette dernière édition du Truffle 100 Europe, la septième, souligne une industrie du logiciel toujours dynamique malgré le contexte économique difficile (…) Les entrepreneurs de cette industrie restent optimistes puisqu'ils envisagent de continuer leurs investissements dans les hommes et la R&D et prévoient une croissance entre 5 et 15% en 2013", commente Bernard-Louis Roques, directeur général et co-fondateur de Truffle Capital.

Outre une croissance des revenus, l'étude indique ainsi également que l'emploi du secteur se maintient  et connaît même une légère augmentation. Les éditeurs de logiciels européens emploient 59 636 personnes en 2011 contre 55 268 en 2010. "La majorité d'entre eux travaillent en Europe et ne sont pas sous une menace à court terme de délocalisation", poursuit Bernard-Louis Roques.

SAP : toujours N°1 du secteur

Côté investissement, la filière a dépensé 5,7 milliards d'euros en 2011 en R&D, soit 28% de plus que l'année précédente. Et pour 2013, la grande majorité des éditeurs vont poursuivre leurs investissements en R&D (61%) ainsi que les recrutements (81%). Sans surprise, le Cloud Computing et le SaaS sont les deux tendances que l'industrie du logiciel perçoit comme étant porteuses du marché en 2013, notre Truffle Capital.

Enfin, le Truffle 100 est avant tout un classement des meilleurs acteurs de la filière. Peu de changement de ce côté. Les trois premiers du classement restent inchangés : SAP reste en tête suivi de Dassault Systems en deuxième position et de Sage à la troisième position. D'un point de vue géographique, les éditeurs Français représentent 10,9%  du chiffre d'affaires total du Truffle 100  avec 17 éditeurs (comparé à 18 précédemment), toujours en 3ème position. L'Allemagne est toujours en tête (48,8% avec 15 sociétés) et le Royaume Uni en deuxième position (14,8% avec 22 éditeurs).

Le Small Business Act : toujours réclamé et préconisé par le rapport Gallois

"Oui, les fournisseurs de logiciels sont uniques, atypiques et contribuent de façon résolue au redressement Européen et à son expansion (…) Non, ils ne sont pas soutenus comme ils devraient l'être par les gouvernements", déplore Bernard-Louis Roques. Parmi les principales revendications du secteur : des allègements fiscaux pour le R&D, des incitations fiscales pour le capital-risque et surtout une mise en œuvre effective de mesures comme le Small Business Act.

Rappelons que le "Small Business Act" (SBA) est une loi américaine votée en 1953, qui réserve une partie des marchés publics aux PME nationales (entre 23% et 40%).Un SBA à la Française avait été évoqué à de nombreuses reprises par les politiques français, notamment Nicolas Sarkozy lors de sa candidature en 2007, puis était plus ou moins tombé dans l'oubli.

Il vient cependant d'être évoqué dans le rapport Gallois présenté hier au gouvernement. La dixième proposition du rapport préconise ainsi d'élaborer : "un équivalent du Small Business Act" qui créerait notamment un "écosystème de croissance". Pour Truffle Capital : un SBA "créerait des milliers d'emplois sans grever le budget de l'État". Reste que pour l'instant, le gouvernement n'est pas revenu sur cette proposition du rapport.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle