L'Usine Energie

Lockheed Martin : des avions de chasse à l'énergie

, , ,

Publié le

Interview de Thomas Grumbly, vice-président à l’énergie et aux services de sécurité de Lockheed Martin, troisième partie. Lockheed Martin vient d'annoncer la construction d'une centrale solaire de 290 MW en Arizona.

Lockheed Martin : des avions de chasse à l'énergie © DR

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

L’Usine Nouvelle.com -  Pourquoi Lockheed Martin s’intéresse-t-il à l’énergie ?

Thomas Grumbly - Lockheed gère pour le compte du ministère de l’énergie américain deux des principaux laboratoires liés à l’énergie des Etats-Unis (Sandia National Laboratories, Idaho National Laboratory, et Oak Ridge National Laboratory NDLR). Nous avons une longue histoire d’intérêt fort pour ce monde-là. Voici deux ans et demi, nous avons pris la décision de nous y investir encore davantage parce que l’énergie et l’environnement vont clairement devenir un problème de sécurité aux Etats-Unis. Et parce que nous sommes un groupe de « sécurité globale ».

Nous sommes connus pour notre savoir-faire dans la fabrication des avions de chasse. Le plus gros facteur de coût d’un avion, c’est son carburant. Nous faisons donc tout ce que nous pouvons pour diminuer le prix du pétrole et être moins dépendant.

«L’énergie et l’environnement vont clairement devenir un problème de sécurité aux Etats-Unis. Or nous sommes un groupe de sécurité globale ».




UN - Quelle est votre stratégie ?

TG - Notre premier objectif est de commencer par maximiser l’efficacité énergétique, spécialement aux Etats-Unis. Tout simplement parce que cela ne pose pas de problème politique : tout le monde est d’accord sur la necessité des faire des économies d’énergie. Et nous pouvons parvenir à des différences substantielles sur un laps de temps court. Le secteur des « utilities » (électricité, transport, eau…) est un champ important où l'on se doit de mettre les pieds. Nous comptons 5000 ingénieurs, consacrés aux avions, dont les compétences peuvent servir pour ce nouveau domaine.

La deuxième étape consiste à mettre à profit nos connaissances en technologies de l’information. Les avions mettent en jeu beaucoup d’électronique. Nous comptons 25 000 professionnels du software. Nous pouvons transférer les savoirs de l’IT aux réseaux intelligents, et appliquer nos savoir-faire  en systèmes d’intégration à l’électricité par exemple.

Troisième et dernière étape pour nous : nous impliquer dans la fabrication d’énergies renouvelables. Nous sommes associés avec Starwood Energy (un fonds d’investissement de la chaîne d’hôtels Starwood qui se développe dans les réseaux de transmissions électrique et dans le solaire, ndlr) pour construire la plus grande centrale solaire du monde en Arizona (290 MW en 2011)*.

La génération d’énergie est un enjeu majeur de sécurité dans le monde. La meilleure solution est d’être moins dépendant du pétrole. Et nous maîtrisons des technologies avancées, qui nous permettent de dire que nous sommes en bonne place pour atteindre cet objectif d'indépendance. Nous sommes de très bon intégrateurs : il faut beaucoup de technologies différentes pour faire voler un avions trois fois plus vite que la vitesse du son.

UN - Pourquoi commencer dans le solaire ?

TG - Nous sommes plus familiers avec l’énergie solaire. C’est opportuniste : on en sait plus là-dessus.

UN - Vous pilotez ce virage stratégie de Lockheed Martin vers le secteur de l’énergie. Quelle part du chiffre d’affaires du groupe allez-vous in fine y consacrer?

TG - Notre entreprise a réalisé un chiffre d’affaires 2008 de 42 milliards de dollars. Pas plus de 1% des revenus, soit 500 millions de dollars, ne vient de l’énergie. Mais nous nous situons aujourd'hui dans des temps chahutés, et historiquement les crises favorisent l’apparition de nouveaux acteurs. C’est le moment d'opérer ce virage. On vise 2 milliards de dollars consacrés à l'énergie sur 50 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2030, soit 4% des revenus.

« L’énergie représentera 4% de nos revenus en 2030 »






UN - Avez-vous des rachats en perspective ?

TG - Nous générons beaucoup de cash flow en ce moment, contrairement à d’autres. Dans les trois domaines cités ci-dessus (efficacité énergétique, réseaux intelligents, et énergies renouvelables ndlr), nous allons faire des acquisitions dans les deux ans à venir.

«Nous allons faire des acquisitions vertes dans les deux ans à venir»




* Lockheed Martin et Starwood Energy ont annoncé le 22 mai la signature d'un accord d'achat d'énergie qui sera produite par la future centrale solaire thermique à concentration (290 MW), située en Arizona.
 
Interview réalisée en marge du «Energy Efficiency Global Forum 2009», conférence et exposition mondiale sur l'efficacité énergétique, qui se tient à Paris du 27 au 29 avril. La première partie se penche sur la gestion des déchets nucléaires aux Etats-Unis, et la deuxième sur l’économie du carbone. Lockheed Martin, numéro un mondial de la défense, est le constructeur américain d'avions de combat tels que le F35 ou le F22 raptor.
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte