Lloyds rachète les cartes de crédit MBNA pour 1,9 milliard de livres

par Simon Jessop et Lawrence White
Partager

LONDRES (Reuters) - Lloyds Banking Group a annoncé mardi le rachat de la société de cartes de crédit britannique MBNA à Bank of America pour 1,9 milliard de livres (2,3 milliards d'euros) en numéraire, la banque britannique voulant ainsi réduire sa dépendance aux prêts immobiliers et doper ses bénéfices.

L'établissement, numéro un du crédit immobilier en Grande-Bretagne, se lance ainsi dans sa première acquisition de grande ampleur depuis la crise financière de 2007-2009, au cours de laquelle il avait dû être secouru par l'Etat britannique.

Le gouvernement avait alors injecté 20,5 milliards de livres (24,4 milliards d'euros) dans Lloyds, prenant un temps 43% du capital de la banque. La semaine dernière, Londres a encore cédé 1% de sa part pour revenir à moins de 7%.

Vers 10h05 GMT, l'action Lloyds progresse de 1,50% à 63,49 pence, faisant mieux que l'indice regroupant les valeurs bancaires européennes (+0,55%).

Le rachat de MBNA, qui devrait être finalisé au cours du premier semestre 2017, inclut 800 millions de livres de fonds propres et 240 millions de livres de provisions liées à la vente litigieuse de produits d'assurance, précise Lloyds dans un communiqué.

La banque britannique ajoute qu'elle financera l'opération via sa propre génération de trésorerie.

Aux yeux des analystes, Lloyds fait un bon usage de cette trésorerie mais l'opération n'est pas sans risques étant donné les perspectives économiques incertaines de la Grande-Bretagne après le vote du 23 juin en faveur d'une sortie de l'Union européenne.

"En gros, Lloyds va doubler son exposition aux cartes de crédit (...) avant un possible ralentissement (...) une fois que les termes d'une sortie de l'UE de la Grande-Bretagne auront été définis", estime Gary Greenwood, analyste chez Shore Capital.

Selon Lloyds, MBNA, qui a dégagé un bénéfice après impôts de 123 millions de livres au premier semestre 2016, ajoutera 650 millions de livres par an à ses revenus.

"Cette acquisition (...) augmente notre participation à un marché britannique de la carte de crédit en expansion avec une stratégie multi-marques et nous fait progresser dans notre objectif stratégique de prendre le chemin d'une croissance durable en tant que banque commerciale et de détail focalisée sur la Grande-Bretagne", déclare de son côté Antonio Horta-Osorio, directeur général de Lloyds, cité dans un communiqué.

Lloys a dit être confiant dans sa capacité à verser un dividende ordinaire en hausse au titre de 2016 - il était de 2,25 pence par action pour 2015.

Mais, selon Gary Greenwood, la banque pourrait peut-être revenir sur sa promesse de verser un dividende exceptionnel à la fin de l'année pour pouvoir financer l'acquisition de MBNA. L'an dernier, Lloyds avait versé un dividende exceptionnel de 0,5 pence.

Le rachat de MBNA portera la contribution du crédit à la consommation à 21% du bénéfice imposable de la banque contre 17% aujourd'hui, a calculé Joseph Dickerson, analyste chez Jefferies.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS