LISI AEROSPACE Additive ManufacturingLa pièce série en additive manufacturing métal a son leader !

Publié le

Publi-rédactionnel La filiale du groupe LISI AEROSPACE dédiée à la fabrication additive métal, créée en 2016, poursuit son credo : industrialiser des pièces de grande dimension et complexes en série, qualifiées pour l’aérospatial, la défense ou encore l’énergie.  

LISI AEROSPACE Additive ManufacturingLa pièce série en additive manufacturing métal a son leader !

En 2018, le gain du marché « O-ring » a constitué une énorme satisfaction : « Deux ans après notre création, Airbus nous confiait la fabrication de cette pièce de dégivrage de l’entrée d’air de l’A350. C’était une belle reconnaissance de notre capacité à industrialiser des pièces aéronautiques en Fabrication Additive », détaille Christophe Sarrazin, DG de LAAM.

 

Intégration et performances

Toutes les phases de l’additive manufacturing sur lit de poudre métal sont maîtrisées par LAAM, au prix de forts investissements. « Notre ADN de métallurgiste nous permet de maîtriser tous les alliages, avec une qualification matériaux irréprochable. Au-delà, tous les métiers sont intégrés chez nous (conception, simulation, usinage, compost-traitement, contrôles finaux), précise Christophe Sarrazin, qui n’hésite pas à recourir à l’expertise unique de sa maison-mère, en cas de besoin. LAAM compte 8 machines de FA métal pour la production. Chaque fabricant de machines de fusion est challengé, afin de tirer le meilleur de leurs équipements. « Nous obtenons des rendements d’usage de 92 % désormais et sommes de plus en plus autonomes sur chaque machine. Les fabricants s’appuient sur notre retour d’expérience unique pour faire évoluer leurs produits. »

 

Portefeuille clients diversifié

Depuis quelques mois, le marché aéronautique subit la crise sanitaire du COVID 19. LAAM s’est heureusement constitué un portefeuille clients robustes, comme THALES, ARIANE GROUP ou DASSAULT AVIATION. « Nous avons 4 pièces série avec THALES ALENIA SPACE, et 10 pièces série avec DASSAULT, pour le Rafale ou le Falcon. Et la Direction générale de l’armement nous sollicite aussi », détaille Christophe Sarrazin.

LAAM prévoit un chiffre d’affaires 2020 égal comparé à 2019 (1,90 M€), après une croissance insolente depuis sa création. L’entreprise adresse désormais les acteurs de la défense mais aussi les énergéticiens, sensibles à la technicité et aux capacités industrielles proposées.

 

www.lisi-aerospace-am.com

 

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte