Quotidien des Usines

Liquidation judiciaire demandée pour LFoundry

, ,

Publié le

L'usine provençale LFoundry de Rousset (Bouches-du-Rhône) qui fabrique des semi-conducteurs devrait être officiellement liquidée le 26 décembre 2013 par le tribunal de commerce de Paris. Plus de 600 salariés sont concernés.

Liquidation judiciaire demandée pour LFoundry
Site LFoundry de Rousset.
© LFoundry

Ce n'est plus une menace : le tribunal de commerce de Paris devrait officialiser le 26 décembre la liquidation judiciaire de LFoundry, l'unité de fabrication de semi-conducteurs implantée à Rousset (Bouches-du-Rhône). Lors de l'audience du 19 décembre, la demande, assortie d'un arrêt immédiat de l'activité, a été effectuée par les administrateurs judiciaires, confrontés à l'absence de solutions alternatives pour une société financièrement exsangue, et la décision a été mise en délibéré.

Plus de 610 salariés devraient donc perdre leur emploi au lendemain de Noël. Une trentaine seulement serait conduite à rester sur le site pour en préparer la fermeture. Pour le maire de Rousset, Jean-Louis Canal, "c'est une grande tristesse et une vraie colère devant ce gâchis industriel. Les dernières négociations menées par l'Etat laissaient malheureusement entrevoir cette perspective dramatique, puisqu'il n'y avait pas de repreneur et qu'Atmel refusait de passer de nouvelles commandes. C'est une nouvelle d'autant plus révoltante que les actionnaires allemands de LFoundry qui ont pillé cette unité, après leur usine de Landshut en Allemagne, risquent de réserver un sort identique à l'usine italienne de Micron qu'ils ont reprise récemment. L'Europe reste encore à construire pour empêcher de telles pratiques. Quant à nous, nous allons nous employer au plus vite à trouver une piste d'avenir à ce site."

Réactions en chaîne à redouter

LFoundry Rousset tirait ses principales commandes de son ancien propriétaire Atmel qui l'avait cédée en 2010 et que les syndicats tiennent pour responsable de sa déconfiture, mais elle travaillait également pour d'autres sociétés "fabless" et s'impliquait dans des projets de recherche et développement.

Sa liquidation touchera nécessairement la filière microélectronique provençale. Le 18, puis encore le 19 décembre, des salariés ont bloqué les accès de la zone industrielle de Rousset. L'initiative a suscité la désapprobation de l'Union pour les entreprises du Pays d'Aix, émanation locale du Medef. "Si on peut comprendre le désarroi du personnel de LFoundry, on ne peut accepter pour autant que toute une zone qui représente plus de 6 000 emplois soit paralysée, indiquait le syndicat patronal dans un communiqué. Les réactions en chaîne sur l'économie locale seront très vite catastrophiques, au vu de la situation déjà très tendue de la majorité des entreprises. Entraîner dans leur drame toute une région ne solutionnera en aucune manière leur situation."

Avec les incertitudes sur le devenir de KemOne et les menaces de dépôt de bilan qui concernent directement la SNCM, l'économie provençale connaît une fin d'année difficile dont les répercussions pourraient s'avérer redoutables en 2014 sur la sous-traitance.

Jean-Christophe Barla
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte