Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Liquidation de Titus, spéculation autour d'Ubisoft

Publié le


La société française de jeux video Titus interactive vient d'être mis en liquidation judiciaire.
Créée en 1985, Titus a été un des portes drapeau de l'industrie du jeu en France. En février 2000 elle avait notamment levé 200 millions d'euros pour acheter son concurrent américain Interplay, une acquisition dont elle ne se remettra jamais. Le passif du groupe qui n'emploie plus en France qu'une trentaine de personne atteindrait 100 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 20 millions
Par ailleurs, la société Ubisoft, qui, si elle est en meilleure posture, a néanmoins enregistré une perte de 43 millions d'euros sur son premier semestre pour un chiffre d'affaires de 130 millions d'euros fait l'objet de vives spéculations.
Son concurrent américain Electronic Arts a pris de façon hostile 19,9 % du capital le 20 décembre. Aujourd'hui de nombreux analystes estiment que Vivendi Universal pourrait venir à son secours et s'associer avec la société créée en Bretagne par les frères Guillemots. Résultats : Ubisoft qui, en rythme annuel, réalise 500 millions de chiffre d'affaires et a prévu de dégager un bénéfice de 20 millions d'euros environ sur l'ensemble de l'année, a gagné plus de 8 %, aujourd'hui, en Bourse.
A noter que Vivendi Universal connaît lui-même de lourdes pertes avec sa filiale jeux (VU Games), le groupe pourrait toutefois vouloir rapprocher sa  filiale d'un autre éditeur pour mieux la restructurer en vue d'une cession ou d'une mise en bourse ultérieure.


Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle