Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Liquidation de Novatech Systems à Genlis, en Côte-d’Or

, ,

Publié le

Le tribunal de commerce de Dijon (Côte-d'Or) prononce la liquidation de Novatech Systems, filiale du groupe Novatech spécialisée dans la fabrication de cartes électroniques. 91 personnes seront licenciées.

Liquidation de Novatech Systems à Genlis, en Côte-d’Or © Novatech

Novatech Systems, implanté à Genlis (Côte-d’Or), achève sa descente aux enfers par une liquidation judiciaire, décidée lors d’une audience du tribunal de commerce de Dijon ce mardi 25 mars. A la clé, le licenciement des 91 derniers salariés. Depuis son rachat à Thomson par le groupe coté Novatech Industries, concepteur de solutions électroniques, pour 1000 euros fin 2008, l’entreprise qui comptait alors un effectif de 200 personnes n’a jamais pu trouver le volume d’activité nécessaire pour s’en sortir.

Tout semblait pourtant bien parti. Thomson avait épaulé financièrement l’entreprise à hauteur de 18 millions d’euros sous la forme d’un prêt et lui avait parallèlement confié un contrat dégressif sur trois ans pour ses décodeurs.

"Cela devait permettre de trouver de nouveaux contrats pour d’autres types de production et rien n’a été vraiment fait en ce sens", regrette Sylvie Bailly, déléguée CFDT et secrétaire du CE. Rien n’est plus faux selon la direction du site qui assure avoir restructuré l’activité, formé le personnel et décroché 35 clients : "Nous avons joué de malchance avec la mise sous sauvegarde de Thomson, puis la délocalisation d’un spécialiste des routeurs informatiques en Roumanie, l’abandon par Bic d’un important projet d’ardoises numériques (100 000 unités annuelles), la liquidation d’un client dans la géolocalisation et la chute de commandes de FagorBrandt liée à ses difficultés", explique-t-elle.

Défaillance du seul repreneur potentiel

Ces déconvenues commerciales ont conduit Novatech Systems à se placer l’été dernier en redressement judiciaire et à engager un plan de sauvegarde de l’emploi affectant 95 personnes. "L’inspection du travail a refusé que dix d’entre elles soient licenciées au titre de leur statut de salariés protégés", précise la direction.

Faute de candidat à la reprise, mais grâce au remboursement d’un trop-perçu de 2,8 millions d'euros de TVA, le fabricant de systèmes électroniques et son administrateur judiciaire ont bénéficié d’un bol d’air pour rechercher un repreneur. Un seul s’est déclaré début 2014, avant de renoncer.

Les trois autres sites de Novatech Industries semblent épargnés

La déroute de Novatech Systems semble épargner les trois autres sites français de Novatech Industries. Celui de Novatech Technologies, à Pont-de-Buis (Finistère), emploie plus de 220 personnes et produit pour des secteurs porteurs : l’aéronautique, la défense, le médical et les télécoms. Echaudés toutefois par la situation de Genlis, les représentants locaux du personnel viennent de demander la réunion d’un comité d’entreprise extraordinaire.

Les deux unités des Côtes-d’Armor, à Lannion et Ploumilliau souffrent de leur dépendance au fabricant d’électroménager FagorBrandt pour leur division cuisson mais s’appuient sur un portefeuille diversifié de clients, dans la géolocalisation, le médical et les systèmes de puissance.

Reste que le groupe d’électronique subit une chute régulière de son chiffre d’affaires. Alors qu’il était de 96 millions d’euros en 2010, il ne serait plus que de 65 millions aujourd’hui.

Didier Hugue
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle