Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Lion Air n'explique pas, pour l'instant, le crash de son Boeing 737

Rémi Amalvy , ,

Publié le , mis à jour le 31/10/2018 À 15H43

Vu sur le web Le crash en mer d'un Boeing 737 MAX de Lion Air a causé la mort de 189 personnes lundi 29 octobre. Ce n'est pas la première fois que la compagnie indonésienne est mise en cause pour des problèmes de sécurité.

Lion Air n'explique pas, pour l'instant, le crash de son Boeing 737
Le crash d'un Boeing 737 MAX de Lion Air a fait 189 morts.
© Lion Air

Lundi 29 octobre, 12 minutes après avoir décollé de Jakarta, un Boeing 737 MAX de la compagnie indonésienne Lion Air s’est abîmé en mer de Java, par 30 à 40 mètres de profondeur. Aucun survivant n'a été retrouvé parmi les 189 personnes à bord. Lion Air a confirmé qu’un "souci technique résolu selon les procédures" avait eu lieu lors du vol précédent.

Ce n’est pas la première fois que Lion Air rencontre des problèmes. En 2004, un accident impliquant un de ses McDonnell-Douglas MD-82 a fait 26 morts à Solo City, lors d'une sortie de piste, dans la province de Java Central. 

Mardi 30 octobre, le ministre des Transports indonésien Budi Karya Sumadi a annoncé que tous les Boeing 737 MAX seraient inspectés, sans toutefois les clouer au sol.

Fondée en 1999, Lion Air est devenue la plus grande compagnie d’Indonésie. Mais des problèmes de sécurité ont poussé les Etats-Unis et l’Union européenne à la bannir de vols à leur destination, respectivement jusqu’en 2016 et 2018.

Lion Air a commandé, l'an dernier, cinquante Boeing 737 MAX pour plus de 6 milliards de dollars (plus 5,3 milliards d’euros).

L'avionneur américain Boeing a proposé "une assistance technique" à l’enquête, dès qu’elle lui sera demandée. Selon le site spécialisé australien airlineratings.com, Boeing avait suspendu l'an dernier la sortie du 737 Max juste avant sa première livraison commerciale, évoquant un problème de moteur.  

A l’époque, CFM (coentreprise entre l’américain General Electric et le français Safran Aircraft Engines), à l’origine de la conception des moteurs, avait notifié à Boeing un problème de qualité. Dans le doute, la livraison de tous les modèles avait donc été repoussée, afin de procéder à de nouveaux tests et vérifications.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle