Linky, créateur d’emplois chez Asteelflash à Redon

Le slovène Iskraemeco a conclu un accord de partenariat avec Asteelflash pour la fabrication en France de ses compteurs intelligents Linky. En fonction des volumes qui seront accordés par ERDF à Iskraemeco, entre 70 et 100 emplois pourraient être créés dans l’usine Asteelflash de Redon, en Bretagne.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Linky, créateur d’emplois chez Asteelflash à Redon

Le groupe français Asteelflash fabriquera les compteurs intelligents Linky qui seront accordés par ERDF à Iskraemeco. "Nous venons de conclure un accord permettant de présenter une solution économiquement viable en France", annonce Gilles Benhamou, le PDG d’Asteelflash (803 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013 pour 5700 salariés). Un accord bénéfique pour les deux parties.

Une production 100% "made in France"

Sur les quarante millions de compteurs Linky à produire dans les huit prochaines années, ERDF a prévu une première vague de commandes de 2 millions d’unités par an pendant deux ans. Cette commande sera répartie entre les trois industriels ayant participé au développement du Linky, c’est-à-dire l’américain Itron, le suisse Landis+Gyr et le slovène Iskraemeco.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La répartition définitive devrait être dévoilée par ERDF d’ici la fin juillet. En attendant, le contrat signé avec Asteelflash permet à Iskraemeco d’annoncer une production 100 % Made in France pour les Linky. Sur ce point, le slovène se met au niveau de ses concurrents (Landis+Gyr a prévu une fabrication à Montluçon, et Itron à Chasseneuil-du-Poitou).

Et des créations d’emplois à la clé pour Asteelflash. "En tablant sur 25 % de parts de marché accordées à Iskraemeco, nous devrions créer entre 70 et 100 emplois à Redon", estime Gilles Benhamou.

Le site de Redon sauvé

Mieux, c’est tout le site Asteelflash de Redon (Sainte-Marie) qui devrait être sauvé. Le sous-traitant en fabrication d’équipements électroniques avait prévu de fermer cette usine afin de regrouper toutes ses activités basées en Bretagne sur le site de Langon. En fonction des quantités accordées à Iskraemeco, ce sont deux à trois lignes automatisées qui pourraient être installées dans cette usine de 4000 m².

Enfin, Gilles Benhamou pense déjà aux opportunités futures que ce contrat pourrait générer. "A terme, la collaboration entre nos deux groupes pourrait s’étendre à d’autres marchés de compteurs, dans d’autres pays", espère-t-il.

Frédéric Parisot

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    LANDIS+GYR
ARTICLES LES PLUS LUS