Lindt abaisse sa prévision à long terme, le titre chute

ZURICH (Reuters) - Le chocolatier suisse Lindt & Sprüngli a pris de court les investisseurs mardi en abaissant sa prévision de croissance organique à long terme du fait d'un environnement qualifié de "toujours très difficile" par le groupe, dont l'annonce fait fortement reculer l'action en Bourse.
Partager
Lindt abaisse sa prévision à long terme, le titre chute
Le chocolatier suisse Lindt & Sprüngli a pris de court les investisseurs mardi en abaissant sa prévision de croissance organique à long terme du fait d'un environnement qualifié de "toujours très difficile" par le groupe, dont l'annonce fait fortement reculer l'action en Bourse. /Photo d'archives/REUTERS/Arnd Wiegmann

Le titre perdait 3,63% à la Bourse de Zurich vers 11h10 GMT, affichant l'une des plus replis les plus marqués d'un indice Stoxx 600 en hausse de 0,17%, alors que l'indice regroupant les valeurs agro-alimentaires européennes avançait de 0,07%.

Le fabricant des boules de chocolat Lindor et des lapins de Pâques enveloppés de feuilles d'or prévoit désormais une croissance à long terme de 5 à 7% par an, contre une prévision précédente de 6-8%.

Les confiseurs font globalement face à un ralentissement de la demande, notamment aux Etats-Unis où Lindt peine à redresser ses activités depuis le rachat de Russell Stover en 2014.

Lindt n'a donné aucune raison à la révision à la baisse de ses perspectives mais les analystes de la Banque Vontobel estiment qu'il s'agit "en quelque sorte d'une révolution pour Lindt" dont l'objectif de croissance à long terme n'avait pas été modifié depuis dix ans.

Le groupe suisse dit avoir réalisé une croissance organique de 5,1% en 2018, une évolution conforme à son objectif "d'environ 5%" et ce en dépit des problèmes persistants en Amérique du Nord, son deuxième marché.

La décision de Lindt d'abaisser sa prévision sans la tenue d'une conférence de presse "constitue une surprise" pour Jon Cox, analyste chez Kepler Cheuvreux. Il estime cependant que cela n'était pas totalement imprévisible.

"Nous attendions depuis longtemps un tel abaissement au regard de la taille du groupe et de sa position sur le marché du chocolat dans les pays développés, de la baisse des ventes à magasins comparables dans son réseau de vente au détail (...) et de l'émergence d'une forme de pression sociale sur les en-cas gras et sucrés", a-t-il déclaré.

L'analyste, qui a une recommandation "alléger" sur le titre, s'attend à ce que l'action Lindt soit sous pression au regard de sa valorisation boursière actuelle qui représente environ 37 fois le bénéfice attendu, contre un ratio PER de 34,7 pour Nestlé et de 23,9 pour Barry Callebaut.

Les ventes globales de Lindt l'an dernier ont progressé de 5,5% à 4,31 milliards de francs suisses (3,6 milliards d'euros), les bonnes performances en Europe ayant contrebalancé les difficultés enregistrées dans le reste du monde et aux Etats-Unis.

L'environnement du marché "est toujours très difficile" avec des marchés du chocolat saturés en Europe et aux Etats-Unis, qui poussent les distributeurs à se livrer à une guerre de prix, a déclaré Lindt, qui publiera ses résultats complets pour 2018 le 5 mars prochain.

(John Revill; Claude Chendjou pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS