Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Limousin : Legrand concentré sur son savoir-faire

, ,

Publié le

Enquête Le leader mondial des infrastructures électriques et numériques du bâtiment s’appuie sur 500 fournisseurs locaux.

Limousin : Legrand concentré sur son savoir-faire © Sébastien Sindeu

Legrand, premier groupe industriel du Limousin, occupe une place prépondérante dans cette région peu industrialisée. Personne n’imaginerait Limoges (Haute-Vienne), son berceau historique, sans lui. Patrice Soudan, le directeur général adjoint, tient à rassurer. « Le siège social de Legrand est à Limoges et il le restera. » Une entreprise locale rénove actuellement sa façade… Un exemple concret des retombées pour les sociétés limousines.

Le leader mondial des infrastructures électriques et numériques du bâtiment pèse lourd dans cette ville où il lança sa production d’interrupteurs en 1949. Il s’appuie sur un réseau de plus de 500 fournisseurs qui se partagent une manne de 40 à 50 millions par an. « Les achats indirects représentent 70% de nos commandes régionales, précise Patrice Soudan. La présence du siège social à Limoges y contribue. Les services occupent la plus grosse part, que ce soit la formation, la publicité, les outils de communication… »

Legrand compte 35 000 salariés dans le monde dont 2 500 en Limousin. Innoval, le centre de formation du groupe, reçoit 8 000 visiteurs par an de toute la France, mais aussi de l’international (Inde, Russie…). Les bénéfices sont importants pour l’hôtellerie-restauration, les transports ou les porcelainiers. « Depuis dix ans, nous faisons appel à des sociétés locales pour des prestations que nous faisions avant en interne, par exemple le gardiennage, l’entretien, le recyclage, l’impression… Nous nous sommes concentrés sur notre cœur de métier », souligne le directeur général adjoint.

Nombreux projets collaboratifs

Le second poste de dépenses est la logistique avec principalement deux transporteurs régionaux, Bernis et Briche, suivie par l’informatique et l’énergie. Les achats directs concernent la sous-traitance de produits, les opérations d’emballage et d’assemblage, le moulage de pièces plastiques. Selon les années, Legrand fait travailler entre 100 et 200 personnes chez ses fournisseurs, comme Galalitum et Plast Avenir 87. Les investissements industriels du groupe (4,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2012) s’élèvent entre 15 et 20 millions par an.

Patrice Soudan préside le pôle de compétitivité Elopsys depuis trois ans. Legrand est ainsi associé à des projets collaboratifs pour le maintien à domicile de personnes en perte d’autonomie en partenariat avec la préfecture, la Région, les conseils généraux de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute-Vienne, le CHU de Limoges, Présence Verte et l’association Autonom’lab. En mars, son projet Ic@re a été retenu dans le cadre des investissements d’avenir. L’équipementier déploiera des solutions domotiques et de services dans 2 048 foyers du Limousin et du Loir-et-Cher. Objectif : évaluer des modèles économiques et médico-sociaux innovants pour la prise en charge de la dépendance.

Les principaux investissements en cours

  • La Compagnie du Vent installera une centrale au sol sur trackers avec panneaux photovoltaïques haute performance au Gros-Chastang (Corrèze). Investissement estimé : 23?millions. Le chantier devrait être terminé au premier semestre 2015.
  • Disasolar va construire une unité de production de panneaux photovoltaïques souples de troisième génération à Limoges (Haute-Vienne). Le coût de l’opération est chiffré à 16?millions d’euros. La mise en service est prévue en 2016 avec 150 à 200?créations d’emplois.
  • Areva Med, filiale d’Areva, termine la construction du laboratoire Maurice Tubiana pour un montant de 12?millions d’euros. Situé à Bessines-sur-Gartempe (Haute-Vienne), le site produira du plomb-212 utilisé dans le traitement de certains cancers.
  • Texelis, le fabricant de ponts et chaînes cinématiques, implanté en Haute-Vienne, investit 4?millions d’euros pour moderniser ses moyens de production. Il sera parmi les premiers en France à se doter d’un procédé de fabrication annoncé comme une rupture technologique.?

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle