Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Limousin La silver économie en marche

Publié le

Limousin La silver économie en marche
Le robot Leena accueille, sert et répond à quelques questions.

Laboratoire de la silver économie, le Limousin a vu émerger des start-up positionnées sur le marché de la santé (maintien à domicile) et du bâtiment intelligent (domotique) avec l’appui du pôle de compétitivité Elopsys. Depuis cinq ans, le CHU de Limoges, l’université et Autonom’Lab cherchent à développer des solutions innovantes. Legrand, dont le siège social est situé à Limoges (Haute-Vienne), a lancé Eliot, un programme dédié à l’internet des objets.

Silis Électronique, téléconfort à domicile

Créé par Christian Cadon en 1994, Silis Électronique est un bureau d’études limougeaud qui a mis au point Deasy (Digital easy) pour faciliter la vie à domicile des personnes dépendantes. « Les personnes âgées réfractaires aux nouvelles technologies vont apprécier notre système d’appel et d’ouverture de porte pour des besoins non urgents. Il s’agit d’un produit de téléconfort et non de téléassistance », précise le dirigeant. Grâce à un boîtier dédié, la personne appuie sur le bouton associé à l’aidant, qui reçoit un SMS et répond, un voyant confirmant la réception. L’aidant ouvre la porte munie d’une serrure numérique via une application. Silis cherche des industriels pour développer ce prototype.

Cybedroïd, le majordome du futur

Fan de robotique depuis l’enfance, Fabien Raimbault a fondé Cybedroïd à Limoges en 2011, avec deux amis et donné le jour au robot humanoïde Aria, loué pour des événementiels. L’équipe finalise Leena, un majordome de 1,35 m, qui tiendra une conversation et portera un plateau. La troisième génération, prévue dans trois ans, est destinée à l’aide à la personne. Le robot détectera une chute, téléphonera aux soignants et pourra être contrôlé à distance afin d’entrer en contact visuel avec la personne. La start-up (12 salariés, 400 000 euros de chiffre d’affaires) cherche à lever des fonds.

Sanilea, l’ambulance connectée

Spécialistes en télécommunications, David Chiron et Fabien Soares ont créé Sanilea à Limoges, fin 2013, pour répondre à une demande naissante de nouveaux services. « Grâce à un partenariat avec l’aménageur de véhicules sanitaires Gifacollet et le constructeur Gruau, nous avons développé la première ambulance connectée sous la marque Wizy », raconte David Chiron. Deux véhicules embarquent leurs solutions logicielles, notamment Speedcall qui gère les sorties hospitalières programmées. Ce système de géolocalisation permet de distribuer les missions confiées par les centres hospitaliers. La seconde étape consistera à transmettre à l’hôpital les informations sur la santé du patient lors du transport. Les premières ambulances devraient être livrées au second semestre 2016.

Keops, l’appli qui détecte et alerte

Les travailleurs isolés seront bientôt protégés grâce à l’appli Safely TPI. Mise au point par Keops Services Informatiques (cinq personnes, 300 000 euros de chiffre d’affaires), filiale du groupe Cofraneth, elle sera commercialisée fin octobre. « Ce produit s’adresse aux sociétés qui souhaitent protéger leurs travailleurs se trouvant hors de vue et hors de portée de voix, même à proximité d’une personne », précise Fawzi Kalfane, le directeur général de Keops. La montre connectée déclenchera une alerte en cas de détection d’immobilité, de chute ou pour demander une confirmation de présence. L’appli est déjà disponible sur téléphone mobile.

OD & B et Ikalogic, des bandeaux led connectés

Quand deux start-up de Limoges spécialisées dans le software et le hardware se rencontrent, des objets étonnants voient le jour. L’agence digitale OD & B (six salariés, 280 000 euros de chiffre d’affaires) et le concepteur de cartes électroniques Ikalogic (six salariés, 180 000 euros de chiffre d’affaires) ont conçu une télécommande pour piloter depuis un smartphone des bandeaux LED fabriqués par la société Allsplann. « Il fallait créer un outil afin de gérer des scénarios d’éclairage multiples dans des configurations allant de un à cinquante luminaires, voire plus demain, et en toute simplicité pour l’utilisateur », indique Fred Bardin, le directeur de OD & B.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle