Libye : la décision de l'ONU fait flamber le prix du brut

La Libye a annoncé vendredi qu'elle mettait fin à toutes les opérations militaires à la suite de la résolution votée par le Conseil de sécurité de l'ONU. Une décision qui a un impact direct surtout sur le cours du brut.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Libye : la décision de l'ONU fait flamber le prix du brut
La France participera aux opérations militaires contre la Libye, a déclaré le porte-parole du gouvernement François Baroin, ce matin, sur RTL. Cette intervention est rendue possible par une résolution du Conseil de sécurité de l’Onu votée le 17 mars. Sans préciser la forme que prendraient les opérations, il assure que les frappes militaires interviendront « rapidement », dans « quelques heures ».

Toutes ces tensions ne sont pas restées sans effet. Face à cette menace, la Libye a fermé son espace aérien. « Tripoli n'accepte plus de trafic jusqu'à nouvel ordre », a indiqué vendredi l'agence européenne du contrôle aérien, Eurocontrol. Elle affirme avoir reçu cette information des autorités maltaises. Puis quelques heures plus tard, le ministre des Affaires étrangères libyen Moussa Koussa Libye a annoncé que al Libye mettait fin à toutes les opérations militaires.

Mais ce sont surtout les marchés du brut qui ont été le plus impactés par la résolution de l'ONU. Alors que les cours du pétrole baissaient le 17 mars, ils rebondissent aujourd’hui. Le baril de brut américain était à plus de 103 dollars, le 18 mars au matin. Le Brent est quant à lui repassé au-dessus de la barre des 116 dollars.

Selon l’Autorité international de l’énergie (AIE), cette hausse résulte d’une anticipation du conflit à venir et non d'un changement réél sur les marchés. « Seule une production libyenne de 1,6 million de barils par jour de brut est affectée pour l’instant », précise l’AIE. Mais la flambée du cours s’explique aussi par « le sentiment, mal avisé, des marchés selon lequelles les installations en Arabie Saoudite pourraient être visées ». Cela fait plusieurs semaines que la production libyenne de pétrole est presque à l’arrêt. La dernière cargaison de pétrole à avoir quitté la région pétrolifère de l’Est remonte au 19 février.
Pour contrôler le marché, l’AIE suit de près la situation en Libye et se dit prête à mobiliser « ses 1,56 milliard de barils de stocks gouvernementaux stratégiques » pour alléger, si besoin, les tensions. Et pour niveler cette crise, certains membres de l’Opep ont déjà augmenté leur offre. Un moyen de compenser la baisse de celle issue de la crise en Libye.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS