Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Levothyrox, un nouveau médicament disponible d’ici à la mi-avril

Coralie Lemke

Publié le

Le TCAPS, un nouveau médicament fabriqué par les laboratoires Genevrier, a obtenu une autorisation de mise sur le marché.   

Levothyrox, un nouveau médicament disponible d’ici à la mi-avril
Le TCAPS, alternative au Levothyrox, sera bientôt commercialisé.
© laboratoires Genevrier

Il se présente sous la forme d’une capsule molle et contient le même principe actif que le Levothyrox, la lévothyroxine. Le TCAPS sera bientôt disponible en France. Une nouvelle vécue comme un soulagement pour certains malades de la thyroïde. "C’est une renaissance pour nous. Vraiment, nous sommes ravis", insiste Chantale Garnier, co-présidente et fondatrice de l’Association française des malades de la thyroïde (AFMT).

Le nouveau médicament mis au point par les laboratoires Genevrier a obtenu une autorisation de mise sur le marché (AMM) la semaine dernière et est en train d’être fabriqué. "Nous mettons tout en œuvre pour proposer TCAPS dans les meilleurs délais. Il devrait être commercialisé à la mi-avril", indique un porte-parole du laboratoire. Les patients saluent ce délai. "Certaines AMM mettent parfois un an à être délivrées. Là, ça va très vite", estime Chante Garnier.

Seulement deux excipients

"Les seuls excipients présents sont le glycérol et la gélatine, ces excipients sont conformes aux spécifications de la pharmacopée européenne", indique un communiqué des laboratoires Genévrier. Là aussi, les malades voient un progrès. "Deux excipients, ce n’est pas grand-chose comparé aux autres médicaments et surtout comparé à la nouvelle formule du Levothyrox", estime Chantale Garnier, de l’AFMT. Elle a eu quelques retours prudents de la part d’autres patients au sein de son association. "Les malades ont été échaudés une première fois. Ils sont assez méfiants maintenant et font attention. Nous bien sûr, on leur explique qu’une molécule ne peut pas tenir seule et qu’il faut des substances pour la stabiliser."   

Une alternative de plus

Problèmes intestinaux, crampes, maux de tête, fatigue extrême… "Les effets secondaires étaient nombreux avec la nouvelle formule du Levothyrox", explique Chantale Garnier. Les patients fondent désormais beaucoup d’espoir sur ce nouveau produit. Il rejoindra bientôt le L-Thyroxin Henning de Sanofi et le Thyrofix du laboratoire Unipharma arrivés sur le marché ces derniers mois, mettant fin au monopole du Levothyrox de Merck. Situé à Antibes, au sein du technolope de Sophia-Antipolis, le laboratoire français Genevrier se concentrait jusqu'à présent sur des produits de dermalotologie, dans le domaine de la fertilité et contre l'arthrose.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle