Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Les vols spatiaux habités de SpaceX et Boeing de nouveau retardés selon la Nasa

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Le 2 août, la Nasa a publié ses estimations de dates pour les premiers essais de vols spatiaux menés par SpaceX et Boeing. Selon ces prévisions, les missions tests habitées des deux entreprises américaines n'auront pas lieu avant mi-2019. Un nouveau retard pour SpaceX et Boeing qui compromet par ailleurs la présence américaine à bord de la Station spatiale internationale.

Les vols spatiaux habités de SpaceX et Boeing de nouveau retardés selon la Nasa
La capsule Crew Dragon doit transporter les astronautes de la Nasa vers la Station spatiale internationale (ISS).
© SpaceX

Les premières missions habitées de Boeing et SpaceX pour la Nasa risquent d’être retardées à nouveau. Le jeudi 2 août, l’agence spatiale américaine a révélé ses prédictions pour le calendrier des vols tests habités de ses deux partenaires. À terme, les deux entreprises américaines doivent transporter les astronautes de la Nasa vers la Station spatiale internationale (ISS).

Avant de procéder à des missions habitées, les capsules spatiales de Boeing et Airbus devront passer un premier vol test sans équipage. Celui-ci arriverait fin 2018 ou début 2019 pour Boeing et sa capsule CST-100 Starliner. Pour SpaceX et son Crew Dragon, il se déroulerait en novembre 2018.

L’étape suivante sera un vol test habité. La Nasa estime que Boeing sera prêt mi-2019 pour cette mission et SpaceX devrait l’effectuer en avril 2019. Les examens ne s’arrêtent pas là pour les deux entreprises. Après ces vols habités, leurs engins devront être certifiés par la Nasa. Selon un rapport de juillet du Government Accounting Office (GAO), l’organisme américain chargé du contrôle des comptes publics du budget fédéral, ce processus pourrait être prendre fin seulement en janvier 2020 pour Boeing et en février 2020 pour SpaceX. Après ces séries de vérifications, les capsules des deux entreprises pourront enfin servir à amener les astronautes de la Nasa vers l’ISS.

Ces délais ne sont pas très surprenants mais ils représentent un nouveau retard pour Boeing et SpaceX. Au départ, les entreprises visaient des missions habitées en 2016 et 2017. Par la suite et aux dernières nouvelles, elles tablaient sur des vols habités en novembre 2018 pour Boeing et décembre 2018 pour SpaceX.

Un contretemps problématique pour la Nasa

Le contretemps est problématique pour l’agence spatiale américaine. En 2014, elle a signé un contrat de 2,6 milliards de dollars avec SpaceX et de 2,4 milliards de dollars avec Boeing pour qu’ils développent chacun une capsule capable d’amener les astronautes américains en orbite. Depuis le retrait du Space Transportation System en 2011, la Nasa est entrée en contrat avec la Russie pour transporter ses astronautes à bord du vaisseau Soyouz. Un partenariat onéreux qui a coûté 82 millions de dollars pour chaque astronaute américain en 2015. Et surtout, ce contrat se termine en novembre 2019…

Si le calendrier de l’agence spatiale américaine se vérifie, elle n’aura aucun moyen de transporter ses astronautes entre novembre 2019 et janvier 2020. Mais le scénario pourrait s’aggraver. Selon le GAO, les tests pourraient prendre plus de temps que prévu dans la mesure où Boeing et SpaceX font encore face à des risques techniques sur leurs capsules.

Les options de la Nasa sont limitées. Prolonger le contrat avec la Russie est peu probable puisqu’il requiert un délai de trois ans avant d’obtenir des places supplémentaires dans la capsule Soyouz. Selon le rapport de la GAO, l’agence spatiale américaine envisage deux solutions pour l’instant : décaler la prochaine mission de Soyouz de novembre 2019 à janvier 2020, date à laquelle Boeing devrait obtenir sa certification ; utiliser les vols tests comme des vols opérationnels pour transporter les astronautes vers l’ISS, dans l’espoir que ces premières missions expérimentales ne seront pas davantage retardées.

La présence américaine dans l'ISS compromise ?

Cela fait donc beaucoup de conditionnel pour l’agence spatiale américaine. Dans le pire des scénarios, la présence américaine à bord de l’ISS serait compromise. Un revers symbolique important pour le pays qui fait partie des leaders de l’exploration de l’espace.

Le 3 août, la Nasa a donné plus de détails sur un autre aspect des missions de Boeing et SpaceX. Elle a révélé le nom des astronautes qui participeront aux vols habités expérimentaux puis aux premières missions “officielles” des entreprises après leur certification obtenue.

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle