L'Usine Auto

Les voitures électriques font une percée dans un marché automobile français en repli en janvier

Simon Chodorge , ,

Publié le

Les voitures électriques ont résisté au fort repli des immatriculations automobiles en janvier 2020. Une bonne nouvelle à considérer prudemment.

Les voitures électriques font une percée dans un marché automobile français en repli en janvier
Toutes motorisations confondues, la Renault Zoe est la troisième voiture la mieux vendue sur le marché français en janvier 2020
© Renault

Les véhicules thermiques souffrent de mauvaises ventes en janvier. Sur le premier mois de l’année, les immatriculations de voitures particulières neuves ont diminué de 13,44 %. Deux catégories ont résisté à cette tendance : les voitures électriques et hybrides.

En janvier 2020, 10 952 voitures électriques ont été immatriculées selon des données publiées vendredi 31 janvier par le Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA). En un an, ce nombre explose de 258 % : en janvier 2019, seulement 3 059 véhicules électriques étaient immatriculés.

Une part de marché qui explose pour les voitures électriques

La bonne performance des voitures électriques en termes de ventes n’est pas nouvelle. Souvent, ce dynamisme est nuancé par des volumes assez faibles. En janvier, les chiffres du CCFA démentent ce constat : la part des voitures électriques dans les immatriculations grimpe à 8,2 % contre 2 % en janvier 2019.

La Renault Zoe illustre ce succès. Toutes motorisations confondues, la citadine électrique est la troisième voiture la mieux vendue sur le marché français en janvier 2020 avec 5 331 immatriculations, derrière la nouvelle Peugeot 208 et la Renault Clio V.

Autre exemple de cette progression : la diminution notable des émissions moyennes de CO2 de la flotte automobile. En janvier 2020, elle tombe en-dessous de la barre des 96 grammes par kilomètre.

Entre janvier 2019 et janvier 2020, les immatriculations de voitures hybrides rechargeables progressent également de 225 % à 3 734 véhicules. La part des hybrides rechargeables dans les ventes totales en France passe de 0,7 % à 2,8 %.

Un effet de report artificiel derrière ce dynamisme ?

La voiture électrique est-elle en train de gagner une partie contre les motorisations thermiques ? Il faut sans doute se montrer prudent avant de donner victoire aux véhicules zéro émission. En décembre 2019, leur part dans les immatriculations ne s’élevait qu’aux alentours de 2 %, contre 8,2 % un mois plus tard… Une progression fulgurante qui cache sans doute un effet de report.

La mise en place de nouvelles normes anti-pollution en janvier 2020 a effectivement freiné les immatriculations de voitures thermiques. De la même manière, les véhicules électriques ont pu profiter de cet effet.Les constructeurs ont pu reporter certaines ventes pour abaisser leur bilan CO2 de 2020.

La réduction des émissions de CO2 devrait toutefois se confirmer sur le long terme. En vertu des nouvelles normes automobiles, la moyenne des émissions d’une gamme de véhicules ne devra plus dépasser 95 grammes de CO2 par kilomètre. Dans le cas contraire, les constructeurs automobiles devront s’acquitter de lourdes amendes : pour chaque gramme de dépassement, la somme de 95 euros multipliée par le nombre de voitures vendues dans l’Union européenne. Les constructeurs vont être naturellement amenés à diversifier leurs catalogues de mototisations pour éviter de telles sanctions.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte