Les Vingt-Sept au chevet de la crise financière

Réuni les 13 et 14 mars sous la présidence slovène, le Conseil européen s'est achevé dans un climat d'inquiétude face aux turbulences financières. Les dirigeants ont salué une partie des propositions de l'Eurogroupe qui envisage de réglementer les marchés

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les Vingt-Sept au chevet de la crise financière
Alors que la crise des subprimes a fait une nouvelle victime hier avec la probable faillite du fonds Carlyle, les Vingt-Sept, qui se sont réunis en sommet à Bruxelles, se déclarent "préoccupés" par la nervosité des marchés. Saluant les dernières propositions de l'Eurogroupe du 4 mars dernier, les Vingt-Sept n'ont pas pour autant aborder la question d'une intervention.

Dans leur projet de conclusions, les Européens se tiennent prêts « à prendre des mesures de régulation et de surveillance » pour favoriser la stabilité des marchés. Elaboré le 4 mars dernier, l'Union veut encourager le secteur à s'auto-discipliner et à faire des efforts d'assainissement.

Parmi ces mesures, les chefs d'Etats européens envisagent « le renforcement du cadre prudentiel et de la gestion des risques » ainsi que l'amélioration « des normes d'évaluation » des actifs. Ils réclament notamment une plus grande « transparence pour les investisseurs, les marchés et les régulateurs », et un meilleur « fonctionnement du marché, y compris pour les agences de notations ». Celles-ci censées évaluer la solidité financière des investisseurs, ont été particulièrement pointées du doigt lors de la récente tempête boursière.

Un code de bonne conduite

Sur ce dernier point, l'Union souligne dans son projet qu'elle est prête à mettre en place des « solutions réglementaires » si les acteurs du marché « ne traitent pas rapidement » ces questions. Cette menace avait déjà été brandie fin janvier lors du mini-sommet sur le sujet à Londres. Par ailleurs, les vingt-sept Etats membres devraient appeler à des progrès rapides en matière de surveillance financière et à « des mécanismes améliorés de gestion des crises ».

Enfin, les Vingt-Sept soutiendront une proposition de la Commission européenne pour mettre en place un code de bonne conduite dans l'Union. Celui-ci aura pour objectif d'encadrer les fonds souverains des pays émergents dont l'expansion soulève des inquiétudes. Une déontologie, en somme à laquelle souscriraient "librement les fonds souverains et qui fixerait les principes qui s'appliquent aux pays destinataires".

Carmela Riposa



Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS