Les victimes de la Dépakine lancent la première action de groupe en santé

Quatorze familles vont tenter de faire reconnaître la responsabilité de Sanofi dans les malformations et troubles de leurs enfants nés sous Dépakine. Une première.

Partager
Les victimes de la Dépakine lancent la première action de groupe en santé

La démarche est inédite. Sanofi est visé par la première action de groupe lancée en santé. Celle-ci a été déposée mardi 13 décembre par quatorze familles, qui vont tenter de faire reconnaître la responsabilité du laboratoire dans les malformations et troubles de leurs enfants nés sous Dépakine, un antiépileptique au Valproate de sodium dont les effets indésirables pour le fœtus ont tardé à être reconnus et communiqués aux patientes.

"Nous voulons utiliser toutes les options possibles afin d’obtenir justice ; cette action de groupe est complémentaire aux autres actions engagées. Elle ne vient pas s’y substituer", a expliqué Ophélie Breton, directrice générale de l’APESAC, l’association qui fédère près de 2 900 familles victimes du valproate de sodium. Plusieurs plaintes au civil et au pénal ont déjà été déposées et l’APESAC a obtenu du gouvernement la création d’un fonds d’indemnisation. Un troisième cheval de bataille est désormais lancé.

Déterminer une responsabilité générale

"Cette action de groupe a deux avantages : la simplicité et la gratuité", souligne Ophélie Breton. Et d’expliquer le principe : "Le juge devra déterminer une responsabilité générale pour les préjudices subis et définir les critères à remplir pour adhérer à l’action de groupe. A partir du moment où son verdict sera rendu, toutes les personnes qui remplissent les critères reconnus pourront rejoindre l’action de groupe simplement en contactant l’APESAC."

Si le jugement reconnaît un ou plusieurs préjudices, l’association espère que les expertises judiciaires, qui contiennent un diagnostic contradictoire validé pour Sanofi, seront acceptées comme preuve. Si tel est le cas, l’action de groupe pourrait rapidement prendre une grande ampleur, beaucoup de familles ayant déjà cette expertise judiciaire entre leurs mains. La date du jugement n'est pour l'instant pas connue.

Fin août, le ministère de la Santé a reconnu que plus de 14 000 femmes enceintes ont été exposées à la Dépakine entre 2007 et 2014, années pendant lesquelles les risques étaient connus du laboratoire et des autorités sanitaires. Aujourd’hui, on évalue à 10% les risques de malformations pour les fœtus et à 40% ceux de troubles neurologiques pour les enfants exposés in utero.

0 Commentaire

Les victimes de la Dépakine lancent la première action de groupe en santé

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Industrie pharmaceutique

VALVES SOUDABLES

OPS PLASTIQUE

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS