Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

PME-ETI

Les vêtements de Dooderm apaisent les démangeaisons

Gaëlle Fleitour , , ,

Publié le

Made in France

Les vêtements de Dooderm apaisent les démangeaisons

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Se gratter jusqu’au sang pendant les périodes de fortes démangeaisons… C’est le quotidien des personnes souffrant de pathologies cutanées telles que la dermatite atopique, l’eczéma ou le psoriasis. Pour les soulager avec une solution non médicamenteuse, Dooderm leur propose ses vêtements (tee-shirt, caleçon, bonnet, gants et bientôt chaussettes) au textile technique, composé à 5 % de fibres d’argent métallique. C’est en participant à un séminaire sur les textiles techniques que Françoise Raverdy a découvert les propriétés de l’argent métallique. "Appliqué sur la peau, il fait cesser les démangeaisons au bout de 24 à 48 heures, assure-t-elle. J’ai eu l’idée de l’utiliser dans la cicatrisation des peaux lésées. Il n’agit pas sur la maladie, mais améliore le quotidien des patients." Ancienne directrice d’un réseau d’entreprises du textile-habillement, également passée par le secteur du médico-social, elle fait mûrir son projet au sein de l’incubateur Innotex, avant de concrétiser, en janvier dernier, à Tourcoing, la création d’une entreprise, Dooderm.

L’opportunité

5 % de la population mondiale souffrirait de pathologies cutanées, des affections au long cours. Trois millions de Français sont concernés, 50 % sont suivis par des dermatologues.

Pour démontrer les bienfaits de ses vêtements, elle a réalisé plusieurs essais cliniques et obtenu en avril la certification de dispositif médical. Depuis, l’entreprise a été contactée par le service dermatologique du CHU de Montpellier, mais aussi par des patients, pharmacies et distributeurs à destination de l’Europe et du Maghreb. Elle envisage un chiffre d’affaires de 260 000 euros cette année et de 460 000 euros en 2016. Si elle n’est pas parvenue à trouver un fournisseur de fil français, Dooderm fait travailler des spécialistes locaux du textile médical (Lemahieu, le fabricant du Slip Français, Gantmaille…) pour élaborer ses vêtements. Françoise Raverdy voudrait lever 300 000 euros d’ici début 2015 pour financer la conception de nouveaux produits et disposer de ses propres brevets. 

Gaëlle Fleitour

L’innovation

Inséré dans des vêtements, l’argent métallique libère sur la peau des ions à dose homéopathique, à l’action antibactérienne, anti-fongique et anti-inflammatoire. Des propriétés déjà connues de certains fabricants de vêtements de sport (pour éviter les mycoses, les odeurs…), mais jusqu’alors non appliquées en dermatologie.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle