Les ventes de Richemont s'effondrent face à la crise du coronavirus

ZURICH (Reuters) - Le groupe de luxe Richemont a dit jeudi avoir fait face à des "perturbations sans précédent" provoquées par la pandémie de coronavirus lors du trimestre clos fin juin, ce qui a conduit à une chute de presque de moitié de son chiffre d'affaire.
Partager
Les ventes de Richemont s'effondrent face à la crise du coronavirus
Le logo de l'entreprise Mont Blanc, détenue par Richemont. Le groupe de luxe a dit jeudi avoir fait face à des "perturbations sans précédent" provoquées par la pandémie de coronavirus lors du trimestre clos fin juin, ce qui a conduit à une chute de presque de moitié de son chiffre d'affaire. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse

Le groupe helvète, qui détient le joaillier Cartier ou encore l'horloger IWS, n'a pas fourni des détails sur ses perspectives.

A la Bourse de Zurich, l'action Richemont perdait 5% jeudi dans la matinée.

Les horlogers suisses ont vu leurs ventes chuter en raison de la fermeture de leurs magasins dans le monde entier et de la chute des achats des touristes chinois qui ne peuvent plus voyager.

"Au 30 juin, tous les centres de distribution et la plupart des commerces ont rouvert, à l'exception du continent américain et du segment du commerce voyageurs", a déclaré jeudi Richemont dans un communiqué.

Le chiffre d'affaires de groupe a chuté de 47% à 1,99 milliard d'euros au cours des trois mois clos à fin juin qui marquent le premier trimestre de l'exercice fiscal de Richemont. Il s'agit d'une baisse similaire à celle du concurrent Swatch Group qui a fait état cette semaine de sa toute première perte semestrielle.

Richemont a déclaré que les ventes s'étaient contractées dans toutes les régions, sur toutes les chaînes et dans tous les secteurs d'activité. L'Asie-Pacifique s'en est un peu mieux sortie grâce à une augmentation des ventes de 49% en Chine liée au dynamisme du commerce en ligne.

Pour Luca Solca, analyste chez Bernstein, les ventes de Richemont ressortent légèrement en dessous des attentes. "Le fort appétit des consommateurs chinois pour les grandes marques de Richemont est rassurant", juge-t-il néanmoins.

(Silke Koltrowitz, Michael Shields, version française Elena Smirnova, édité par Blandine Hénault)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS