Les vélos "made in France" de la Manufacture française de cycle

En reprenant l’usine de la Manufacture française de cycle, il y a un an, Intersport voulait maîtriser l’assemblage et la logistique, et ainsi quasiment toute la filière du vélo. Un pari bien engagé.

Partager

 Les vélos
Site de Machecoul

C’est une usine revigorée que visitera le 24 février le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg. Repris en mars 2013 à la barre du tribunal de commerce de Troyes (Aube) par Intersport avec 178 des 270 salariés, avec le soutien du conseil général de la Loire-Atlantique, le site Cycleurope à Machecoul (Loire-Atlantique), désormais nommé Manufacture française de cycle, respecte sa feuille de route. Mieux, l’enseigne envisage désormais d’y assembler 350 000 vélos dès 2015 au lieu des 300 000 annoncés il y a un an. L’objectif 2014 est fixé à 240 000 exemplaires, ce qui représenterait une hausse de 84 %.

De la conception à la commercialisation

Comment le nouveau propriétaire semble réussir là où son prédécesseur suédois a en partie échoué ? Pariant sur une filière vélo intégrée complète, de la conception à la commercialisation, et sur le made in France, le groupe a rapatrié des productions jusque-là sous-traitées, notamment pour sa marque propre Nakamura. Et son ambition est de présenter une offre la plus large possible et de monter en gamme, en témoigne le rachat il y a quelques semaines de la marque tricolore Sunn dédiée au VTT.

Les marchés de niche comme le vélo urbain sans dérailleur et le vélo électrique sont également exploités. Côté ventes, le groupe peut s’appuyer sur le dynamisme de son propre réseau (environ 700 magasins au total dans l’Hexagone) alors que Cycleurope dépendait uniquement de la grande distribution, débouché néanmoins conservé (Go Sport, Système U, Leclerc).

Un nouvel entrepôt en 2015

Avec des composants (selles, pneus, cadres, etc.) qui proviennent pour une bonne partie de l’Asie, la logistique joue un rôle essentiel. Bénéficiant de la proximité du port de Saint-Nazaire, Machecoul en est le vaisseau amiral. Un nouvel entrepôt de 12 000 mètres carrés devrait voir le jour en 2015, un investissement estimé à 8 millions d’euros.

Jacques Le Brigand

JACQUES LE BRIGAND

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
ARTICLES LES PLUS LUS