Les trois sociétés du groupe Soupletube en redressement judiciaire

Les trois sociétés du groupe, un des leaders européens de la fabrication de tubes laminés, de tubes plastiques et de flacons, ont été placées en redressement judiciaire.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les trois sociétés du groupe Soupletube en redressement judiciaire
Site de Soupletube à Lisses

Entre le 2 et le 4 janvier, le groupe Soupletube et ses filiales ont été, tour à tour, mis en redressement judiciaire. Soupletube, dont l’activité s’adresse principalement aux industries cosmétiques, pharmaceutiques et agroalimentaires, emploie environ 340 salariés dans ses différentes entités : Soupletube à Lisses (Essonne), Goiffon à Izernore (Ain) et Plastitube à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques).

Plastitube produit chaque année 75 millions de tubes plastiques notamment pour l’industrie cosmétique (Yves Rocher, L'Oréal et LVMH...) sur son site de Bayonne. L'entreprise est en déficit chronique depuis des années.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Dans un jugement du 3 janvier 2013, le tribunal de commerce de Bayonne a placé la société en redressement judiciaire. En 2010, après avoir enregistré près de 3 millions d’euros de pertes, un plan de sauvegarde de l’emploi a été appliqué. 92 postes ont été préservés sur les 127 que comptait l'entreprise. En 2012, 2,5 millions d’euros ont été investis dans une nouvelle ligne de production, financée à 25 % par les acteurs publics, pour améliorer la productivité du site Plastitube. Mais en fin d’année, les pertes étaient encore de 2,5 millions d’euros.

Le groupe Soupletube, qui, en 2011, a réalisé un chiffre d’affaires de 57 millions d’euros en croissance de 4,2 %, possède également une unité de production (Eurotube) à Chimay en Belgique.

Propriété de la famille Tricard, depuis sa création par Jacques Tricard en 1946, Soupletube avait été repris en 2010 par François Beaugrand avec le concours de TIM Mezzanine et de Paris Orléans.

Auparavant elle avait racheté la société Monoplast (aujourd’hui Plastitube, 92 salariés) en 1982 puis Goiffon (97 salarié) en 1990. Entre-temps le numéro trois européen du tube plastique avait ouvert sa nouvelle usine et établi son siège social à Lisses où sont employés environ 130 salariés.

En 2011 l’entreprise aurait produit et livré quelque 650 millions d’articles.

Patrick Désavie et Nicolas César

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    L'OREAL
ARTICLES LES PLUS LUS