Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Les trois défis de General Motors

Pauline Ducamp , , , ,

Publié le

Un an après l’annonce de l’alliance avec PSA, le constructeur américain est en bonne santé. Il a frôlé la couronne de premier constructeur mondial en 2012, juste derrière Toyota. En 2013, de grandes échéances l’attendent pour asseoir cette position dominante. Notamment la restructuration d’Opel et la réussite de son alliance avec le Français.

Les trois défis de General Motors © DR

Limiter les pertes en Europe

C’est le maillon faible de l’Américain et depuis de longues années (GM a racheté Opel en 1929 !). L’année dernière, General Motors a perdu 1,8 milliard de dollars (1,34 milliard d’euros) sur le vieux continent et les perspectives sombres des prochaines années ont encouragé le groupe de Détroit à trouver une solution : l’alliance signée avec PSA le 29 février 2012. Elle permettra de baisser les coûts de production et d’amener Opel sur des segments où la marque allemande n’était pas forcément présente, faute de moyens. GM a aussi lancé un plan de restructuration baptisé 'Drive Opel 2022' qui comprend (entre autres) la fermeture de l’usine de Bochum (Allemagne). "Nous voulons renforcer Opel, car quand Opel va bien, General Motors aussi" a soutenu Tim Lee, vice-président de General Motors au salon de Détroit (Michigan) en janvier. Les premiers bénéfices directs de l’alliance ne sont pas attendus avant 2016 avec la commercialisation des premiers véhicules communs. Dans sa forme actuelle, l’alliance est tirée techniquement par PSA. Certains analystes craignent que cette alliance ne soit pour GM qu’un moyen de se débarrasser du problème Opel. Au détriment de PSA.

Achever la vente des parts de l’Etat

La cession en décembre de 40 % des actions du groupe détenus par l’Etat, suite au sauvetage du constructeur après la crise des subprimes, a donné le 'la'. D’ici un an et demi, le constructeur américain veut avoir vendu toute la participation de l’Etat. "C’est une décision autant politique qu’économique, souligne Mark Wakefield, consultant pour Alix Partner’s aux Etats-Unis. Pour beaucoup d’Américains, fortement capitalistes, l’argent de cette restructuration ne peut pas utilisé librement par l’entreprise". Si elle a en grande partie sauvé GM, le passage sous la loi des faillites et la prise de participation de l’Etat ont terni l’image du groupe auprès des clients. "L’Etat ne doit pas se mêler de la vie des entreprises, voilà ce que pensent les Américains qui ont donc une mauvaise image de GM" soulignait Tim Lee à Détroit.

Globaliser les produits

General Motors joue depuis longtemps une stratégie de volumes. Avec 9,28 millions de véhicules vendus en 2012, l’Américain affiche une taille-critique. Mais il veut également améliorer ses marges sur les modèles. L’une des solutions est de concevoir des modèles globaux, c’est-à-dire fabriqués et vendus à l’identique pour tous les marchés, tout en multipliant les éléments communs. "En 2013, 61 % de nos véhicules disposeront d'une architecture commune. En 2014, notre objectif est d'atteindre les 77 %" prévoit Mary Barra, senior vice-présidente en charge du développement global, qui cite Volkswagen en exemple. Une marque globale, c’est aussi une force commerciale démultipliée. "Elle donne confiance aux clients. Apple reste notre modèle: c'est une marque qui représente l'innovation, dans laquelle les gens peuvent se fier" explique Susan Docherty, vice-présidente de GM. 53% des volumes de GM sont aujourd’hui réalisés par la seule marque Chevrolet. GM pousse le succès de la marque au papillon doré, notamment en Europe où, grâce à ses prix bon marché, Chevrolet taille des croupières à … Opel, Peugeot et Citroën !

Pauline Ducamp

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle