Les trains régionaux d’Alstom à la fête à l’export, à la peine en France

Le méga-contrat sud-africain conclut en beauté un semestre de succès à l’export pour le Coradia d’Alstom. L’heure est pourtant à l’inquiétude en France, où les commandes des régions sont plus que jamais incertaines.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les trains régionaux d’Alstom à la fête à l’export, à la peine en France

Plus de 4,4 milliards d’euros pour 600 trains de 6 voitures à livrer en dix ans. Même si Alstom reste sur sa réserve dans l’attente de la conclusion de l’appel d’offres sud-africain, dont il n’est pour l’instant que l’attributaire pressenti, le groupe se félicite "d’avoir été sélectionné pour cet énorme contrat cadre". D’autant qu’il s’assortit d’une prestation de maintenance et de support technique pour dix-huit ans.

Le méga-contrat sud-africain conclut en beauté un semestre de succès à l’export pour le Coradia d’Alstom. Avec les 440 millions annoncés mercredi 5 décembre pour 70 trains en Italie, c’est plus de 1,3 milliard d’euros de commandes pour environ 210 trains que le groupe a engrangés depuis juin à l’export pour les différentes déclinaisons de son train régional Coradia, lancé il y a dix ans dans les pays nordiques.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le contraste est saisissant avec un marché national qui plafonne à… 5 trains commandés en plus de deux ans et demi. Le contrat cadre passé fin 2009 avec les régions prévoyait pourtant jusqu’à 1000 trains pour un montant total de 7 milliards d’euros. La commande de 170 trains avait suivi. Depuis, c’est calme plat.

Privés de ressources fiscales en 2010 par le gouvernement Fillon, les régions n’ont plus les moyens d’amplifier leur politique de transport malgré les besoins toujours croissants de TER (trains express régionaux). Bombardier, l’autre grand constructeur ferroviaire opérant en France, est confronté au même blocage pour son programme Regio2N. Derrière ces deux géants, des centaines de fournisseurs français craignent pour leur avenir.

Localisation de la production oblige, les Coradia allemands, italiens et suédois profitent peu aux usines françaises. Pour le contrat sud-africain, Alstom prévoit de reprendre une usine locale pour l’étendre et la moderniser afin de produire les trains sur place. Les premières livraisons sont prévues pour 2015, soit à peu près au moment où le site alsacien de Reichshoffen se retrouvera à court de Regiolis à fabriquer. A moins que l’Etat intervienne pour réduire ce contraste entre l’export et le marché français.

Manuel Moragues

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS