Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Les tops et les flops des investissements d’avenir verts

, , ,

Publié le

Le 3e Forum Ademe des Innovations a ouvert ses portes, ce jeudi 20 juin, à Paris, l’occasion de dresser un bilan des investissements d’avenir verts.

Les tops et les flops des investissements d’avenir verts © matubu - Flickr - c.c.

C’est l’heure des premiers bilans par filière pour les investissements d’avenir verts. Ce programme, engagé en 2010, vise à renforcer les investissements notamment dans l’innovation verte. Une enveloppe de 2,45 milliards d’euros a été confiée à l’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (Ademe) pour soutenir la réalisation d’expérimentations et de démonstrateurs industriels dans les domaines des énergies décarbonées, des véhicules du futur, des réseaux électriques intelligents et de l’économie circulaire. Trois ans après son lancement, réussites mais aussi embûches parchèment le chemin.

 

Les tops

 

  • Les énergies marines : Thème non prioritaire dans un premier temps, il a pourtant suscité l’enthousiasme des entreprises françaises. Plusieurs projets d’envergure ont ainsi été financés dans les différentes filières (hydrolien, houlomoteur, éolien flottant…). "Aujourd’hui, il y a des résultats", avance François Moisan, le directeur Stratégie, recherche et international  de l’Ademe. A l’image du projet Vertiwind, emmené par Technip et la PME Nénuphar et de Winflo, porté par Nass&Wind Industrie, qui visent à développer des éoliennes maritimes flottantes. Le succès est tel que le ministère de l’Ecologie  a prévu de leur dédier un nouvel Appel à manifestation d’intérêt (AMI).

 

  • Les réseaux électriques intelligents : 16 démonstrateurs de taille internationale ont été financés par les investissements d’avenir à hauteur de 83 millions d’euros (pour un total de 304 millions d’euros d’investissements). Parmi eux, le projet Greenlys qui vise à tester les réseaux électriques intelligents sur 1000 usagers résidentiels et 40 sites tertiaires de la région lyonnaise et grenobloise. "Nous avons reçu de bons projets  et il y a eu une forte implication des industriels dont de nombreuses PME", avance Jean-Guillaume Peladan, le directeur  des Investissements d’avenir à l’Ademe.

 

  • Le véhicule hybride : Les constructeurs et équipementiers automobiles se sont largement impliqués sur l’hybridation. L’ambitieux projet  HybridAir, pour lequel l’Etat a réalisé une prise de participation dans une société de projet crée avec PSA et dont le budget reste confidentiel, semble, selon l’Ademe, tenir ses promesses de performance (69 grammes de CO2 au kilomètre et sous les 3 litres/100 kms). "C’est un bon exemple de technologie de rupture avec des espoirs élevés et donc des risques importants", avance François Moisan. Il doit donner naissance à un véhicule full hybride attractif en termes de coûts d’usage.

 

  • Le stockage de l’énergie : Si les projets reçus ont été peu nombreux, leur qualité a été bonne. Aucun projet n’a cependant encore été annoncé à ce jour dans ce domaine qui vise à intégrer les productions d’énergie renouvelable dans le mix énergétique français et à favoriser le développement de véhicules électriques et hybrides rechargeables.

 

Les flops

 

  • Les agrocarburants : Ne voyant pas le marché des agrocarburants de seconde génération se profiler, les entreprises ne se sont pas bousculées au portillon. Et pour les projets existants, les bouclages financiers n’ont pas toujours réussi à aboutir en raison d’un risque important et d’un retour sur investissement jugé trop long. L’Ademe veut cependant rassurer et affirme qu’il y aura des lauréats à l’avenir.

 

  • Le véhicule électrique : Si les constructeurs et équipementiers automobiles ont été réactifs sur les chaines de traction hybride, l’enthousiasme ne semble pas avoir été le même sur le véhicule électrique. "Le bilan est plus mitigé", avance François Moisan. En revanche, les expérimentations sur les bornes de recharge de ces véhicules ont répondu aux attentes de l’Ademe avec sept projets financés.

 

  • Les énergies solaires : Le bilan pour les énergies solaires reste mitigé. Sur l’amont de la filière, les résultats sont au rendez-vous dans la production de silicium à bas coût, notamment grâce au projet Isopem. D’un budget total de 45,8 millions d’euros (dont 9,3 millions d’euros des investissements d’avenir), il vise à créer une ligne pilote de production de 100 tonnes de silicium de qualité solaire en 2014 avec un coût de 20 euros le kilogramme. Sur les autres technologies solaires, souvent évoquées comme voie de salut pour les industriels français soumis à une redoutable concurrence asiatique, peu de projets ont été déposés. Notamment dans le domaine des couches minces. "Cela vaut le coup de continuer sur les couches minces mais il faut des industriels français qui s’impliquent", affirme François Moisan.

 

  • Le bâtiment : Le bâtiment ne constitue pas véritablement un flop dans la mesure où six projets ont déjà été retenus (25 millions d’euros d’intervention sur 73 millions d’euros de projets). En revanche, leur mise en œuvre s’est révélée complexe. Difficile en effet d’articuler aides à l’innovation et spécificités des marchés publics.

 

Camille Chandès

 

Les investissements d’avenir en chiffres

Mi-juin 2013, 541 projets ont été reçus dans le cadre des Investissements d’avenir verts. 136 ont été sélectionnés (dont 116 sont à ce jour engagés) et plusieurs sont en cours d’instruction. Au final sur l’enveloppe de 2,4 milliards d’euros prévus, 940 millions d’euros ont déjà été attribués. Les grands groupes ont été largement bénéficiaires devant les PME. Au total plus de 400 entreprises sont partenaires.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle