Les tensions avec Stéphane Travert au coeur de la démission de Nicolas Hulot

Ce 28 août, Nicolas Hulot a annoncé, sur l'antenne de France Inter, sa démission. Lors de l'interview, il a explicitement pris à partie Stéphane Travert, le ministre de l'Agriculture. L'Usine Nouvelle revient sur les principaux conflits qui ont opposé leurs ministères. Un match en trois rounds.

Partager

Les tensions avec Stéphane Travert au coeur de la démission de Nicolas Hulot
Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture, a été pris à partie par Nicolas Hulot pour justifier sa démission.

Interdiction des néonicotinoïdes, renouvellement de la licence du glyphosate, Etats généraux de l'alimentation (EGA), relations avec les chasseurs... Les tensions entre Stéphane Travert, le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, et Nicolas Hulot ne sont pas nouvelles. En décembre dernier, le JDD évoquait même une guerre froide entre les deux ministères, expliquant que leurs responsables ne s'adressaient plus la parole. L'Usine Nouvelle revient sur les principales tensions qui ont émaillé la relation entre les deux hommes.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

1 - Victoire de Hulot sur l'interdiction des néonicotinoïdes

A peine nommé au ministère de l'Agriculture en juin 2017, Stéphane Travert annonce son intention de revenir sur la loi relative à la suppression des pesticides néonicotinoïdes.

Ces produits phytosanitaires, jugés responsables de la baisse du nombre d’abeilles, sont interdits par la loi de 2016 pour la reconquête de la biodiversité de la nature et des paysages. L'entrée en vigueur du texte, prévue pour le 1er septembre 2018, est l'occasion d'une première passe d'armes entre Nicolas Hulot et Stéphane Travert. A la suite des déclarations du ministre de l'Agriculture, Nicolas Hulot s'emporte sur Twitter : "Les interdictions de néonicotinoïdes ne seront pas levées, les arbitrages ont été rendus en ce sens."

Le ministre de la Transition énergétique reçoit le soutien de l'Elysée et de l'Union européenne qui, au printemps 2018, annonce l'interdiction de ces produits sur l'ensemble du territoire européen.

2 - Le glyphosate et la cristallisation des tensions

Le renouvellement de la licence du glyphosate va cristalliser les tensions entre les deux hommes. Malgré la prolongation par l'Europe pour cinq ans de la licence du glyphosate, herbicide controversé accusé de provoquer des cancers, Emmanuel Macron confirme sa promesse de campagne : la France sortira de l'utilisation de ce produit phytosanitaire d'ici à 2021.

La position du Président, soutenue ardemment par Nicolas Hulot, est contestée par le ministère de l'Agriculture qui plaide pour une transition plus douce avec la suppression du produit d'ici cinq à sept ans. Malgré les déclarations, l'interdiction du glyphosate ne se traduit pas dans les textes. Matignon refuse de faire inscrire son interdiction dans la loi Alimentation. Un amendement de Matthieu Orphelin, député proche de Nicolas Hulot, sera même rejeté par les parlementaires lors des débats sur la loi EGA.

3 - La défense de la chasse, la goutte d'eau

Il semblerait que ce soit la goutte d'eau qui ait fait déborder le vase pour Nicolas Hulot. Lundi 27 août, l'Elysée reçoit la fédération des chasseurs et annonce la diminution du prix du permis de chasse de 400 à 200 euros, sans oublier une dizaine d'espèces d'oiseaux supplémentaires qui pourront être chassées. Un cadeau qui passe mal pour Nicolas Hulot, lui qui avait dû remballer son projet d'organiser des "Etats généraux du bien-être animal". Il annonce sa démission le lendemain matin.

Adeline Haverland Cheffe de rubrique Agroalimentaire, agro-industrie et luxe
Adeline Haverland

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS