LES TAUX D'INTERET DONNENT LE TON

Partager

LES TAUX D'INTERET DONNENT LE TON



Récemment, Jean-Claude Trichet affirmait que les taux d'intérêt réels de l'institut d'émission français sont parmi les moins élevés du monde, après ceux pratiqués par les Banques centrales suisse et japonaise. Le taux directeur principal de la Banque de France est ramené à 3,20 %. Cela ne suffit pourtant pas à stimuler suffisamment et durablement la Bourse de Paris. La raison ? En Allemagne et aux Etats-Unis, la conjoncture interdit désormais aux autorités monétaires de poursuivre la politique de baisse des taux d'intérêt.





Produits de base

L'annonce faite le 29 octobre de la clôture le 22 novembre prochain de l'offre publique d'achat lancée à la demande de l'Etat par la Caisse de dépôts et consignations sur les titres de la Compagnie française des ferrailles a provoqué, le même jour, une chute de plus de 10 % du cours de l'action. Le 31 octobre, Vallourec franchit à nouveau son plus haut de l'année : 285,4 francs.

Biens d'équipement

En dépit de la publication d'un résultat net semestriel de - 35,1 millions de francs, la valeur Sfim progresse sur la semaine de 5,8 % en raison des importantes mesures de restructuration engagées et de l'augmentation de 5,62 % du chiffre d'affaires semestriel. Legris Industries profite d'une bonne notation par les analystes en gagnant 9,3 % depuis le 29 octobre.

Industrie Agroalimentaire

Les cours de certaines valeurs de fabricants de spiritueux se redressent à la suite de l'annonce par le gouvernement de sa décision de réduire la surtaxe sur les alcools de 17 à 5 %. L'action Pernod Ricard s'offre ainsi un répit en progressant de 0,3 % sur la semaine, tandis que Rémy Cointreau cède 2,3 % en raison de la baisse de 2 % des ventes de cognac au premier semestre.

Biens de consommation

Sanofi, filiale pharmacie d'Elf Aquitaine, annonce un chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois de l'année en hausse de 1,5 % par rapport à la même période de 1995 ; son action en tire profit en gagnant 3,6 % depuis le 29 octobre. La dégradation de la notation émise sur le titre L'Oréal par la société de Bourse Natwest Sellier l'a fait reculer de 1,5 % sur la semaine.

Automobile

La signature par Labinal d'un contrat d'un montant de 100 millions de francs par an pour la fourniture de liaisons électriques pour Airbus avec Dasa fait bondir son action de 5 % depuis le 29 octobre. Peugeot SA perd 4,5 % sur la semaine en raison de la croissance jugée insuffisante par les investisseurs de son chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois.

Energie

Pour la première fois depuis plusieurs semaines, le prix du baril de Brent se situe en dessous des 23 dollars ; d'après les experts, le cours devrait se stabiliser à ce niveau. Ce fléchissement des cours a provoqué des prises de bénéfices qui ont affecté les valeurs pivots du secteur. Sur la semaine, Elf Aquitaine et Total ne gagnent respectivement que 0,6 et 0,3 %.

Construction

La perspective de la chute de 20 % de son activité dans le bâtiment en France cette année et la révision à la baisse de ses bénéfices attendus pour l'exercice courant ont fait reculer la valeur GTM Entrepose de près de 2 % depuis le 29 octobre. L'annonce par Saint-Gobain de résultats 1996 de la " même grandeur " que ceux de 1995 a permis au titre de se stabiliser à 684 francs.

Bertrand Larcena, analyste de la société de Bourse Oddo & Cie

" La réalisation de contrats à l'export et de bonnes perspectives sur des nouveaux marchés limite l'impact de la baisse du budget de défense. Grâce à la sortie du bas du cycle, permettant la consolidation des marges, les titres du secteur de l'armement ont pratiquement doublé depuis le début de l'année. La reprise de Thomson CSF par Lagardère devrait profiter à chaque acteur, ce qui nous amène à être positifs sur le secteur. "

USINE NOUVELLE N°2569

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS