Les systèmes communiquent grâce à Iona

Créée au sein du fameux Trinity College de Dublin, Iona Technologies connecte les " vieux " systèmes aux plates-formes de commerce électronique.

Partager

Les systèmes communiquent grâce à Iona

Le patron de Sun Microsystems n'en revient toujours pas ! Entre 1993 - où il est devenu actionnaire, à hauteur de 25 %, de l'irlandais Iona Technologies - et 1997 - où il a profité de l'entrée d'Iona sur le Nasdaq pour revendre ses parts -, la valeur de cette participation est passée de 1 million à plus de 60 millions de dollars ! C'est que, entre-temps, les logiciels d'Iona qui permettent de faire dialoguer des systèmes normalement incompatibles se sont installés dans le monde entier. Et que, Internet aidant, les entreprises doivent connecter des machines souvent obsolètes, mais irremplaçables, à leurs nouveaux matériels. Ce que Iona, avec iPortal, leur permet sans trop de développements spécifiques. Des bénéfices dès la première année Iona Technologies est née d'un projet communautaire européen au sein de Trinity College, à Dublin. Dans le cadre du programme de recherche européen Esprit, les fondateurs d'Iona développent un logiciel capable de faire collaborer les grands systèmes (mainframes du Français Bull et de l'allemand Siemens). Ce logiciel, étoffé et amélioré, va être bap- tisé Orbix et commercialisé à partir de 1993 par Iona, qui s'est créée pour l'occasion quelques mois auparavant. Grâce à ses composants objet, Orbix peut faire communiquer des systèmes très différents sur un même réseau. Une aubaine, pour les constructeurs ! Et pour les fondateurs d'Iona, qui arrivent à dégager des bénéfices dès la première année d'exploitation. " Avec Internet, de nombreuses sociétés doivent arbitrer entre connecter leur entreprise et se débarrasser de toute l'infrastructure existante, ou ne connecter et n'exploiter qu'une partie des données. Avec nos plates-formes logicielles, nous permettons de conserver les "grands systèmes" pour proposer aux utilisateurs des applications Internet riches ", explique Chris Horn, le P-DG fondateur d'Iona Technologies. Et en effet, les développeurs d'Iona Technologies implémentent le plus rapidement pos- sible tous les standards et langages arrivant sur le marché Internet. Dès 1996, Orbix sup- porte Java. Et le dernier-né iPortal intègre les nouveaux protocoles appelés à se développer sur le Web. D'emblée une forte présence à l'international Très vite, Iona Technologies va passer les frontières de l'Irlande et se faire une place aux Etats-Unis. La firme se retrouve en effet engagée dans des projets à dimension internationale. Gérer une constellation de satellites pour Motorola, interconnecter les systèmes informatiques du contrôle aérien européen, mais aussi permettre la planification de production multisite d'Aérospatiale ! Des références qui vont lui permettre de concurrencer les américains de Bea Systems ou le logiciel Tuxedo d'IBM. Et surtout de nouer des alliances avec des constructeurs comme Compaq ou Hewlett-Packard, mais aussi avec des cabinets de conseil comme KPMG. Employant plus de 600 personnes dans le monde, Iona Technologies réalise chaque année, depuis sa création, des bénéfices. En 1999, son chiffre d'affaires devrait dépasser les 120 millions de dollars. Et, malgré tous les dollars investis dans sa société, Chris Horn préfère rester au coeur de Dublin. Il y a même fait construire un immeuble pour sa société. Et regarde de plus en plus vers l'Europe. Le succès de la high-tech irlandaise Iona Technologies n'est pas la seule entreprise irlandaise spécialisée dans les high-tech qui soit active aux Etats-Unis. Il y aurait plus de 220 firmes dans son cas, dont Baltimore, Trintech, etc. Le gouvernement irlandais vient d'ailleurs de créer un fonds d'investissement et de soutien aux start-up et à la recherche, doté de près de 700 millions de dollars. L'ouverture à Boston d'un bureau d'Enterprise Ireland, l'office gouvernemental d'aide à la création d'entreprise, devrait aider ces start-up à s'installer aux Etats-Unis. Nouveau signe du succès irlandais, mais en Europe, cette fois : la jeune société Baltimore Technologies, spécialisée dans la sécurisation des réseaux et des paiements, fait son entrée au Footsie, l'indice de référence de la place boursière de Londres.

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUR LE MÊME SUJET
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS