Les syndicats de GE demandent la suspension du plan social

BELFORT (Reuters) - Les syndicats de General Electric ont demandé jeudi à la chambre des référés du tribunal de grande instance (TGI) de Belfort de suspendre le plan social qui prévoit la suppression de plus de 1.000 emplois dans les turbines à gaz sur le site historique de l’activité en France.
Partager
Les syndicats de GE demandent la suspension du plan social
Les syndicats de General Electric ont demandé jeudi à la chambre des référés du tribunal de grande instance (TGI) de Belfort de suspendre le plan social qui prévoit la suppression de plus de 1.000 emplois dans les turbines à gaz sur le site historique de l’activité en France. /Photo prise le 5 février 2019/REUTERS/Vincent Kessler

L’entreprise a commis une "voie de fait", en lançant un plan de sauvegarde de l’emploi sans avoir mené à bout les études sur une possible diversification de la production qu’elle a engagées dans le cadre d’une procédure d’information-consultation du comité social et économique (CSE), a affirmé Me Diego Parvex, avocat de l’intersyndicale CFE-CGC, CGT et Sud.

La disparition annoncée de près de la moitié des effectifs des turbines à gaz constitue en outre "un dommage imminent et irréparable à un moment où les marchés européens devraient reprendre" grâce à l’essor des énergies renouvelables intermittentes dont elles sont complémentaires, a ajouté Me Evelyne Bledniak, autre avocate du CSE.

Les avocats de l’entreprise américaine ont plaidé l’incompétence du TGI, le PSE relevant de l’administratif.

"Aucun licenciement ne peut intervenir avant mars 2020", a souligné Me Nicolas Léger pour relativiser la notion d’urgence propre aux dossiers traités en référé.

Les pistes de diversification sont, selon lui, un élément constitutif et nécessaire du PSE, non un préalable. Dire qu’on ne peut procéder à une "réorganisation" de l’entreprise avant d’être allé au bout des pistes étudiées relève, selon lui, d’une "interprétation maximaliste qui va à rebours de l’esprit de la loi".

Le tribunal rendra son jugement le 2 juillet.

(Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS