Les syndicats d'ArcelorMittal ne veulent aucun licenciement en Europe

Le comité d'entreprise européen (CCE) du groupe sera consulté en permanence sur la situation sociale. ArcelorMittal multiplie actuellement les arrêts temporaires.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les syndicats d'ArcelorMittal ne veulent aucun licenciement en Europe

Les représentants du personnel sont inquiets. la direction a confirmé mardi aux représentants du personnel qu'elle "procédait à l'accélération de son processus de concentration de ses sites jugés les plus rentables, c'est-à-dire les sites côtiers au détriment des sites continentaux". Cette réorganisation touche de nombreux sites.

"Ceci explique les annonces récentes d'arrêts temporaires des hauts fourneaux et aciéries à Liège (Belgique), Florange (France/Moselle), Eisenhüttenstadt (Allemagne)", précise le CEE mercredi dans un communiqué. D'autres perturbations sont en cours, comme l'arrêt de l'aciérie de Schifflange (Luxembourg), la réduction de la production à Rodange (Luxembourg) et des arrêts d'outils en Espagne (Madrid et Sestao).

Le CEE a obtenu de la direction "la réactivation d'un processus d'information/consultation permanent". Les membres de ce comité (qui représente 8 pays) ont également "demandé des garanties sur la préservation des emplois et l'assurance qu'aucune mesure de licenciement sec ne soit mise en oeuvre".

ArceloMittal, numéro un mondial de la sidérurgie, a confirmé ses prévisions pour 2011 vendredi 23 septembre. La direction a annoncé un "plan d'optimisation des actifs d'un milliard de dollars" qui sera mis en oeuvre d'ici fin 2012 en "maximisant la production sur les usines à plus bas coût".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS