Les syndicats d'Alstom demandent un projet industriel européen

STRASBOURG (Reuters) - Au lendemain du veto de la Commission européenne à la fusion entre Alstom et Siemens, les syndicats français et belges d’Alstom, qui étaient opposés au rapprochement, demandent l’élaboration d’une véritable stratégie industrielle européenne pour les transports.
Partager
Les syndicats d'Alstom demandent un projet industriel européen
Au lendemain du veto de la Commission européenne à la fusion entre Alstom et Siemens, les syndicats français et belges d’Alstom, qui étaient opposés au rapprochement, demandent l’élaboration d’une véritable stratégie industrielle européenne pour les transports. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes

La Commission a estimé que la nouvelle entité aurait bénéficié d’un monopole sur plusieurs segments du marché ferroviaire en Europe, tandis que les syndicats français dénonçaient une absorption d’Alstom par Siemens et craignaient les conséquences de l’opération sur l’emploi.

"La décision de la Commission nous donne l’occasion d’avoir une véritable réflexion afin d’élaborer un véritable projet industriel global européen", affirme l’intersyndicale CFE-CGC, CGT, FO, CFDT côté français, FGTB, CSC côté belge.

"Les représentants des salariés d’Alstom considèrent que les potentialités du marché ferroviaire européen nécessitent d’urgence la mise en place d’une stratégie de croissance de l’entreprise et le développement de partenariats pour renforcer et mobiliser les acteurs européens en matière de R&D, de production et d’exportation", ajoutent-ils.

Les syndicats prennent l’exemple du groupe français Safran et de l’Américain General Electric qui ont su "mettre en place une telle coopération", à travers leur société commune CFM, "pour le développement conjoint d’un moteur d’avion qui est devenu une véritable ‘success story !’"

Ils demandent par ailleurs que les 2,6 milliards d’euros dont dispose Alstom après la vente de ses participations dans trois coentreprises avec General Electric, qu’elle avait conservées après la vente à celle-ci de sa branche énergie, servent à "renforcer les capacités industrielles, rénover l’outil, former et embaucher des salariés, développer la R&D".

Il était prévu d’en distraire 1,8 milliard en versements d’un dividende extraordinaire aux actionnaires si la fusion avait abouti.

(Gilbert Reilhac, édité par Yves Clarisse)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

09 - DEPARTEMENT DE L'ARIEGE

Calibrage de l'accotement végétalisé sur la RD1 A

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS