Quotidien des Usines

Les syndicats accusent Sanofi de durcir son plan de restructuration pour le site de Montpellier

Gaëlle Fleitour , , , ,

Publié le

A Montpellier (Hérault), site historique de R&D du groupe pharmaceutique Sanofi, les syndicats craignent la suppression de plus de 250 postes à l’issue de la nouvelle version du plan de sauvegarde de l’emploi, dont 170 postes transférés, une vingtaine de suppressions nettes et 80 départs.

Les syndicats accusent Sanofi de durcir son plan de restructuration pour le site de Montpellier

Il n’y a pas qu’à Toulouse (Garonne) que la nouvelle mouture du projet de réorganisation pour la R&D que la direction de Sanofi s’apprête à présenter aux représentants des salariés lors d’un comité central d'entreprise le 2 juillet, inquiète. A Montpellier (Hérault), site historique de R&D du groupe pharmaceutique, que la direction veut transformer exclusivement en centre de développement de nouveaux médicaments, les syndicats aussi se disent interpellés.

"Alors qu’il comptait 1 064 salariés au 31 mai et peut héberger jusqu’à 1 800 salariés, le site devrait perdre plus de 250 postes à l’issue de ce plan, assure Christophe Roque, le délégué CFE CGC de Sanofi Montpellier à usinenouvelle.com. Car cette nouvelle version est beaucoup plus drastique que le plan de départs, qui ne touchait pas les services achats et finances. Or ils seront finalement transférés en région parisienne, tout comme les équipes de recherche et une grande partie du service informatique."

Plus de 250 postes menacés

Selon ses calculs, 170 postes devraient ainsi être transférés, sans compter une vingtaine de suppressions nettes de postes et 80 départs dans le cadre de mesures d’âge que voudrait mettre en place la direction de Sanofi à partir de 55 ans.

Quant au devenir du site - que la direction de Sanofi souhaite transformer en Centre global dédié au développement - Christophe Roque n’y croit pas. "Il n’y a aucun investissement financier, humain et structurel pour que Montpellier devienne un réel centre de développement", accuse le responsable syndical. Qui s’inquiète aussi de l’impact sur les emplois indirects, notamment pour les fournisseurs de laboratoires. Réunis début juin à Paris à l’occasion de leur congrès annuel, Forum Labo Biotech, ces derniers n’avaient pas caché leur inquiétude face à la restructuration de la R&D hexagonale chez Sanofi.

"Sanofi a réduit ses achats en laboratoires de près de 20 % en 2012 et va continuer en 2013 : cela représente une perte d’activité de 4 à 5 % par an pour notre segment pharmaceutique, Sanofi étant notre premier client dans cette industrie", avait expliqué l’organisatrice du salon, Christiane Turci.

Gaëlle Fleitour
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte