Les Suisses votent pour un contrôle des "rémunérations excessives"

Les Suisses ont approuvé dimanche par référendum la mise en place d'un système de contrôle des rémunérations des dirigeants d'entreprises parmi les plus stricts au monde. Les actionnaires des sociétés cotées en Bourse auront désormais leur mot à dire sur le montant de ces rémunérations et pourront s'opposer au versement d'une prime d'entrée ou de départ d'un dirigeant.

Partager
Les Suisses votent pour un contrôle des

Les Suisses ont approuvé dimanche par référendum la mise en place d'un système de contrôle des rémunérations des dirigeants d'entreprises parmi les plus stricts au monde, avec l'octroi aux actionnaires d'un droit de veto sur le montant des salaires et une interdiction des primes d'entrée et des indemnités de départ dans les sociétés cotées en bourse.

Selon les projections de l'institut gfs.bern données à la télévision publique, 68% des électeurs ont approuvé ces mesures contre les "rémunérations abusives" lors de la votation organisée dimanche. Il revient désormais au parlement fédéral de traduire ce projet en loi.

Cette initiative populaire fédérale a été lancée en 2008 par le sénateur et entrepreneur Thomas Minder. Elle a rapidement trouvé un large écho auprès des Suisses après la quasi-faillite de la banque UBS la même année, imputée par beaucoup aux placements risqués générateurs de bonus généreux pour les banquiers, et elle a recueilli les 100 000 signatures nécessaires à l'organisation d'un vote.

"Le peuple suisse a décidé d'envoyer un signal fort aux conseils d'administration, au Conseil fédéral et au Parlement", s'est réjoui Thomas Minder, interrogé par la radiotélévision suisse (RTS) après les premières projections.

Ce dernier affirme que son initiative vise moins à limiter les salaires des grands patrons qu'à lutter contre leurs logiques de court terme.

La colère des Suisses contre les paiements abusifs a été encore alimentée le mois dernier par l'affaire du "parachute doré" du patron de Novartis Daniel Vasella, une somme de 72 millions de francs suisses (près de 60 millions d'euros) auquel ce dernier a dû renoncer.

CONTOURNER LA LOI

Pour Claude Longchamp, de l'institut gfs.bern, interrogé par la RTS, l'émoi suscité par le cas de Daniel Vasella a contribué à mobiliser les Suisses dimanche.

Economiesuisse, lobby des milieux d'affaires, a mené une vive campagne contre l'"initiative Minder" en arguant qu'elle nuirait à la compétitivité du pays.

Il a soutenu une contre-proposition, qui forcerait toutes les entreprises cotées à organiser un vote des actionnaires sur les rémunérations des dirigeants, sans que le résultat du vote soit contraignant.

Les partisans du texte défendu par Thomas Minder balaient les craintes du patronat en soulignant que la Suisse continuera d'attirer les grands groupes internationaux avec son faible taux d'imposition, sa stabilité politique et ses règlements favorables aux entreprises.

Rien n'indique que forts de leur nouveau droit de veto, les actionnaires censureront les plans de rémunération de leurs dirigeants. Entre 2009 et 2012, l'opposition des actionnaires aux propositions de rémunérations des dirigeants des cent premières entreprises cotées a certes doublé, mais elle reste faible, à 14%.

Et les entreprises pourraient trouver le moyen de contourner le carcan de l'initiative Minder. "Si une entreprise veut verser 25 millions à un haut dirigeant, elle trouvera toujours le moyen de le faire en dépit de l'initiative", affirme Rolf Soiron, président du cimentier Holcim et de la société de biotechnologie Lonza.

Face à l'indignation suscitée par les rémunérations de certains dirigeants à la suite de la crise financière de 2008, quelques autres pays, tels que les Etats-Unis et l'Allemagne, ont déjà adopté des systèmes dits de "say on pay" renforçant le pouvoir des actionnaires en la matière. Un tel dispositif n'existe pas en France.

Avec Reuters (Emma Thomasson)

0 Commentaire

Les Suisses votent pour un contrôle des "rémunérations excessives"

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS