Les Suédois font pression sur Lula pour qu’il choisisse le Gripen au lieu du Rafale

Le roi Carl XVI Gustaf et la Reine Silvia effectuent une visite au Brésil. L’occasion, pour le président de Saab, tout comme pour le 1er ministre suédois, de vanter les avantages du Gripen, moins coûteux que le Rafale. Dans une vingtaine de jours, le président Lula fera son choix quant au vainqueur de cet appel d’offres, une décision avant tout politique.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les Suédois font pression sur Lula pour qu’il choisisse le Gripen au lieu du Rafale

C’est dans une vingtaine de jours, selon la presse brésilienne, que le président Luiz Inacio Lula da Silva devrait se prononcer, en dernier ressort, sur ce que ses compatriotes appellent «le contrat du siècle», à savoir l’acquisition, par les Forces armées brésiliennes, de 36 avions de combat multi-fonctions. «Je redoute (à ce sujet) une décision politique du Brésil», a déclaré le mercredi 24 mars Aake Svensson, le PDG de Saab. Conçu par ce constructeur aéronautique suédois, le Gripen est le concurrent du Rafale, tout comme le F-18 Super Hornet fabriqué par Boeing: le président Lula devra porter son choix sur l’un de ces trois chasseurs. En prononçant de telles paroles, le président de Saab exprime ses craintes quant aux chances, très probables, qu’a le consortium emmené par Dassault de remporter une telle bataille internationale.

« Nous faisons une offre vraiment compétitive »

Aake Svensson fait partie de la délégation de chefs d’entreprise accompagnant le roi Carl XVI Gustaf et la Reine Silvia lors d’une visite officielle, en grand style, au Brésil. L’occasion idéale, pour les Suédois, de faire du loobying auprès des autorités brésiliennes, quelques jours avant la décision tant attendue de Lula. Le premier ministre suédois, aux cotés du couple royal, n’a pas manqué de vanter les avantages du Gripen par rapport à ses rivaux : «Nous faisons une offre vraiment compétitive non seulement parce que notre prix est le moins élevé mais aussi parce que nos avions impliquent des coûts moindres sur le plan opérationnel». Effectivement, les Suédois n’ont pas manqué de rappeler, ces derniers mois, que l’heure de vol du Gripen est quatre fois moins onéreuse que celle du Rafale. Et puis, comme le relevait le plus important quotidien brésilien début janvier, la Folha de S. Paulo, «Saab offre le Gripen pour la moitié du prix du Rafale, soit quelque 70 millions de dollars» (chaque unité). Rappelons qu’en visite à Paris, à l’aube de la nouvelle Année, le ministre de la Défense brésilien Nelson Jobim s’était vu accorder par ses interlocuteurs français un fort «rabais» sur la facture des 36 Rafales proposés par Dassault aux Brésilien, initialement établie à huit milliards de dollars. Ainsi, la facture ne serait «plus que» de six milliards. Or, pour 36 Gripen, les Brésiliens auraient à débourser seulement 4,5 milliards de dollars.

Lula exige un transfert de technologie intégral

Or, le 9 mars, Lula a fait des commentaires laissant à penser que Dassault pourrait décrocher «le contrat du siècle» : «L’entreprise qui sera choisie devra s’engager à fournir sa technologie de pointe tout entière sous forme de transferts de technologie.» C’est précisément l’atout que les Français semblent avoir dans cette grande opération de charme et de marchandage politique auxquels la modernisation de la flotte aérienne militaire du Brésil a donné lieu. La presse brésilienne s’est fait fort de relever, à plusieurs reprises, que le moteur du Gripen fait appel à une technologie issue des Etats-Unis, un pays qui s’oppose à certains transferts en la matière.
Plus que jamais, la décision que prendra Lula s’avère politique, surtout lorsqu’on pend en considération le partenariat stratégique noué entre la France et le Brésil, partenariat s’étendant à plusieurs champs d’intérêt, que ce soit l’économie, les nouvelles technologies, l’éducation, la culture ou l’environnement. Le président Sarkozy ne s’est-il pas rendu à deux reprises au Brésil en 2009? De surcroît, les Brésiliens aspirent à obtenir un siège au conseil de sécurité élargi de l’ONU, un rêve que la France peut contribuer à concrétiser…

Y. Le Houelleur

2 Commentaires

Les Suédois font pression sur Lula pour qu’il choisisse le Gripen au lieu du Rafale

Broquere
24/03/2010 18h:30

Pourquoi de tels écarts de coût s'ils sont avérés! Est ce un autre héritage des marchés assurés du passé?..
Surprenant de la part de Dassault mais sait on jamais..

Réagir à ce commentaire
Cigale
25/03/2010 17h:19

Les deux avions ne sont pas comparables en terme de performances, rayons d’action, capacité d’emport et polyvalence.

Réagir à ce commentaire
2 Commentaires

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS