Les spéculateurs se retirent... lentement

La baisse des investissements sur les commodités est modeste, freinée par un afflux de nouveaux investissement sur les produits liés à l'or.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les spéculateurs se retirent... lentement
La totalité des AUM (assets under management, actifs en gestion) liés aux commodités a brutalement chuté de 270 milliards de dollars au 2e trimestre à 211 milliards au 3e trimestre. Toutefois, précise Suki Cooper de Barclays Capital, cette baisse - comme la hausse de 43 milliards de dollars du 2e trimestre - ne doit pas être confondue avec un retrait massif des investissements et résulte dans sa quasi-totalité de la baisse des cours des commodités.

En fait, a calculé l'analyste, les indices de commodités ont enregistré des sorties de 5 milliards de dollars. En revanche les fonds ETP (exchange traded products, fonds indiciels) ont vu arriver 3 milliards de dollars de nouveaux investissements alors que 2 milliards de nouveaux produits structurés étaient émis.

Les hedge funds liquident

C'est sans surprise le secteur des métaux précieux, en particulier l'or, qui s'est renforcé au 3e trimestre avec une hausse de 3,5 milliards de dollars des ETP, indique Cooper. Les produits agricoles, à l'inverse, ont subi la plus importante baisse. Après une hausse de 4,4 milliards de dollars du flux des investissements au 1e trimestre, le mouvement a fortement ralenti au 2e puis s'est inversé au 3e trimestre avec un recul de 2,4 milliards de dollars.

Les investisseurs institutionnels présents sur les indices de commodités ont été l'un des éléments stabilisateurs de ce marché, constate Suki Cooper. A l'inverse, les hedge funds, désireux de minorer leurs risques et en mal de liquidités ont représenté le gros de la liquidation des positions. Selon les calculs de Barclays, les retraits de capitaux investis sur les indices de commodités ne dépassent pas 3 milliards de dollars pour les 3 premiers trimestres de l'année. Le reflux se poursuivait cependant pour les 2 premières semaines de septembre, soulignait Barclays dans la dernière édition de son « Commodity Investor ».

Daniel Krajka

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS