L'Usine Auto

Les sous-traitants automobiles picards ne baissent pas les bras

, ,

Publié le

Lundi 18 mars, l’Etat organisait à Amiens un colloque sur les enjeux de la filière automobile en Picardie.

Les sous-traitants automobiles picards ne baissent pas les bras © D.R.

Terre d’équipementiers, systémiers et sous-traitants automobiles, la Picardie a été saignée à blanc par la crise du secteur automobile. Les épisodes les plus médiatisés concernent l’industrie du pneumatique : le projet en cours de fermeture de l’usine Goodyear d’Amiens-Nord fait suite à la fermeture de l’usine Continental de Clairoix (Oise) en 2009. Pour autant, cette onde de choc ne doit pas faire oublier que le secteur (140 établissements, 14 600 emplois) abrite des industriels conquérants. C’est le message principal du colloque "l’avenir de l’automobile ; quels enjeux pour la filière en Picardie" organisé par la préfecture de région Picardie lundi 18 mars à Amiens.

"On peut identifier trois grandes stratégies chez ces industriels : l’innovation pour l’automobile, la diversification en termes de marché et la rupture technologique avec, évidemment, le moteur électrique", a résumé Guillaume Roussange, journaliste, en introduisant le colloque.

Chez Montupet, l’innovation est centrée sur le "downsizing" (réduction de taille) des culasses pour répondre à la tendance de l’évolution des moteurs. Comme le précise Estelle Leger-Delcourt, responsable R&D de Montupet à Laigneville (Oise), cette exigence du compact implique des recherches sur les matériaux et les procédés, avec des "aluminiums capables de résister à des contraintes plus fortes, notamment thermiques".

Inergy Automotive Systems (groupe Plastic Omnium) fabrique à Venette près de Compiègne (Oise) des réservoirs à carburant. L’entreprise mise sur la R&D autour du réservoir à carburant. "Nous allons investir 50 millions d’euros dans un nouveau centre de recherche qui regroupera la R&D de Laval (Mayenne) et celle de Venette, soit environ 400 personnes. Nous aurons la capacité d’employer 600 employés dans ce centre technique", explique Pierre-Emmanuel Paties, le directeur de l’usine et du site d’Inergy Automotive Systems de Venette. "Nous allons continuer à développer des systèmes encore plus performants pour réduire la consommation de carburant et la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Par ailleurs, nous proposons aussi des réservoirs adaptés aux véhicules bi-énergie."

Dominique Verlant, le directeur de Favi, a, pour sa part, parlé diversification de marché dans son métier de base : la fonderie d’alliages cuivreux. Le leader européen de la fourchette de boîte de vitesse pour l’automobile (48 % de parts du marché européen et plus de la moitié de son chiffre d’affaires) se lance de nouveaux challenges industriels. A Hallencourt dans le Vimeu (Somme), il a mis au point un rotor en cuivre surmoulé qui améliore le rendement des moteurs électriques. Parallèlement, il vient de lancer un laiton antimicrobien pour le secteur hospitalier (Usine Nouvelle 17 janvier 2013). Comme l’analyse Dominique Verlant, le directeur, ces alliages nouveaux et ces applications nouvelles reposent sur "la bonne maitrise technologique" de Favi dans l’injection d’alliages cuivreux à plus de 1000 degrés, "une technologie peu répandue sur la planète". La diversification est dans les gènes de cette entreprise familiale qui, il y a 55 ans, fabriquait des siphons de vidange de lavabo.

De notre correspondante, Claire Garnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte