Les smartphones, cibles privilégiées des cybercriminels en 2013

Attention, en 2013 les arnaques par SMS surtaxés vont s'intensifier, prédit l'éditeur américain Lookout. De nouvelles menaces vont également apparaître, comme les programmes malveillants capables d'envoyer des spams directement depuis un smartphone infecté. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les smartphones, cibles privilégiées des cybercriminels en 2013

L'adoption massive des smartphones n'a pas échappé aux cybercriminels. L'année 2012 aura déjà marqué un tournant avec une forte croissance des logiciels malveillants ciblant les plateformes mobiles, principalement Android. Mais ce n'était qu'un début. Cette tendance devrait encore s'accentuer en 2013, prédit l'éditeur américain Lookout, spécialisé dans la sécurité sur mobile.

Quelles formes vont prendre ces menaces ? La première est déjà connue, il s'agit de la classique escroquerie de type "Toll fraud" ou arnaque à la surfacturation basée sur l'envoi de SMS surtaxés. "Elles seront encore le vecteur d'attaque préféré des pirates, pour les revenus importants qu'ils permettent de générer rapidement", indique Lookout.

L'innovation dans le spam

Plus "innovant" : le spam sur mobile devrait s'intensifier, devenant une réelle nuisance. Aujourd'hui ces messages non sollicités sont envoyés via des plateformes de diffusion de spammeurs. Ce qui leur coûte relativement cher. Mais en 2013, Lookout prédit que ce seront les smartphones infectés des utilisateurs, qui serviront de tremplin pour envoyer du spam à d'autres correspondants.

Ce principe existe déjà sur ordinateur : l'utilisateur télécharge un programme malveillant qui infecte discrètement son système et se sert d'une partie de la bande passante disponible pour envoyer des spams à une liste de contacts. "Ce n’est qu’une question de temps avant que des programmes malveillants viennent se loger sur les téléphones et envoient du spam à des correspondants", estime Lookout.

L'espionnage politique va s'intensifier

Autre tendance 2013 : l'utilisation de logiciels de surveillance, tel que FinSpy, à des fins d'espionnage politique. "Conçu pour les forces de l’ordre, le spyware ou logiciel mouchard FinSpy a été repéré alors qu’il ciblait des défenseurs actifs des droits de l’homme faisant campagne dans le royaume de Bahreïn. Nous nous attendons à voir apparaître en 2013 davantage de programmes de surveillance utilisés à des fins politiques", prédit l'éditeur.

Des tendances en droite lignes avec celles récemment observées par l'éditeur de solutions de sécurité russe Kaspersky Lab. "Les informations personnelles et professionnelles conservées sur les smartphones et tablettes deviendront les cibles d’attaques aussi fréquentes que sur les ordinateurs classiques", conclut-il également.

Christophe Guillemin

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS