Les sidérurgistes japonais font le cercle

Les producteurs japonais d'acier resserrent les rangs pour faire face à la vague de consolidation du secteur.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Les sidérurgistes japonais font le cercle
Nippon Steel, Sumitomo Metal Industrie (SMI) et Kobe Steel - les numéros un, trois et quatre de la sidérurgie japonaise - viennent d'annoncer un resserrement de leurs liens capitalistiques. Les prises de participations réciproques et le développement de leur collaboration technique sont destinés à les protéger d'offres hostiles, suggèrent les analystes, ce que démentent les aciéristes. « Nous espérons que cela aura d'importantes conséquences pour nous aider à prévenir les risques provoqués par les fluctuations de l'économie et du marché », a souligné Kiichiro Masuda, le vice-président exécutif de Nippon Steel.

Nippon Steel va consacrer 883 millions de dollars pour faire grimper sa participation dans SMI de 5,01 à 9,4%. Réciproquement, SMI investira la même somme pour contrôler 4,81% de Nippon Steel, contre 1,81% précédemment. Ce dernier versera également 133 millions de dollars pour augmenter de 2,05 à 3,4% sa part dans Kobe Steel qui injectera un montant équivalent pour voir sa participation dans son partenaire monter de 0,41 à 0,80%. Enfin, SMI et Kobe Steel, investiront eux-aussi 133 millions de dollars chacun pour augmenter leurs participations réciproques ; SMI détiendra ainsi 3,4% de Kobe, contre 2,05% précédemment et lui cédera 2,4% de ses actions contre seulement 1,71% auparavant.

Cette suite d'opérations devrait se réaliser au premier trimestre 2008 au moyen de rachats d'actions sur les marchés. Les trois sidérurgistes ont également l'intention de se partager les brames produits par SMI dans les deux nouveaux hauts-fourneaux qui vont entrer en production à Wakayama, dans l'ouest du pays. Le site de Wakayama devrait d'ici à 2013 augmenter ses capacités de 25% à 5 millions de tonnes (Mt). Ce qui permettra à ses deux partenaires d'obtenir l'acier de haute qualité nécessaire à la production de tôles pour les industries automobiles et navales sans recourir aux investissements massifs nécessaires à la construction de hauts-fourneaux. Nippon et Kobe étudient ensemble de nouvelles technologies dans le DRI (préréduit) pour le recyclage des poussières de fer, et le sintering (agglomération). SMI et Kobe travaillent également sur les aciers à forte résistance pour le boulonnage et le premier doit fournir au second des tubes en acier inoxydable pour les chaudières de ses centrales thermiques au charbon.

Pour 2007, la Japan Iron & Steel Federation table sur une hausse de 250 000 tonnes de la production locale d'acier à 118 Mt. Une demande solide des industries automobiles et navales a plus que compensé la faiblesse de la construction. En 2008, le rebond de la construction devrait entraîner une hausse de la demande de 800 000 tonnes à 118,8 Mt, prévoit la fédération. Malgré la hausse attendue du prix du minerai de fer et du charbon métallurgique, l'agence de notation Fitch a relevé ses ratings des grands sidérurgistes japonais. Tablant sur une forte demande des aciers de haute qualité, Fitch parie sur une poursuite des profits élevés générés par les aciéristes.


Daniel Krajka

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS