Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

Les services B2B chez Engie ce n'est pas que de l'énergie

Aurélie Barbaux ,

Publié le

Engie annonce de grandes ambitions dans les services de B2B, mais sans vraiment les chiffrer. L'énergéticien français veut devenir leader dans 14 pays contre 7 aujourd’hui et vise d’autres marchés que la gestion énergétique.

Les services B2B chez Engie ce n'est pas que de l'énergie
Avec Vinci, Engie a mis du Wifi sur les train TGV de la nouvelle ligne Océane.
© Patrice Desmedt

Engie se pose en leader mondial des services B2B, devant Vinci, Merco, Capita, Sodexo, CBRE, Spie et Veolia. Car pour l’énergéticien, les services B2B vont des services d’efficacité énergétique à l’ingénierie en passant par des services intégrés de gestion d’équipements et de bâtiments, sans oublier les installations. En 2016, cette activité a produit 13,3 milliards d’euros de chiffres d’affaires, soit 20 % du chiffre d’affaires total du groupe. Avec les récentes acquisitions, l’activité pèse plus de 15 milliards d’euros, avance Claude Turbet, directeur métier solutions pour les entreprises d’Engie. Un domaine porteur, dans lequel l’ex GDF Suez affiche de grandes ambitions, surtout à l’international.

"Nous sommes décidés à doubler le nombre de pays dans lequel nous sommes leader d’ici à quelques années, prévient Isabelle Kocher, directeur général du groupe. Nous le sommes déjà dans sept pays." Pour Engie, être leader sur un marché ne signifie pas juste détenir la plus grande part d’un marché, mais aussi en être le chef de fil technologique notamment. "On est déjà leader en France, en Belgique, aux Pays-Bas, en Italie, à Singapour, au Chili et en Suisse. Grâce à une récente acquisition nous le sommes aussi au Royaume-Uni et on a pris des positions en Australie, en Nouvelle Zélande, aux États-Unis, avec plusieurs acquisitions entre 2014 et 2016. On a déjà des services B2B au Brésil et on regarde aussi le Mexique", détaille Isabelle Kocher.

Deux milliards d'euros d'acquisitions

En France, l’activité occupe 40 000 salariés, et presque autant chez ses sous-traitants, via quatre filiales du groupe - Ineo, Cofely, Axima et Endel. "On va réaliser 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires en France en 2022, avance Claude Turbet, directeur métiers solutions pour les entreprises. C’est une activité dont la rentabilité n’a pas cessé de croître depuis cinq ans."

Au niveau du groupe, Isabelle Kocher refuse de s’engager sur des prévisions financières. Pour l’instant, 50 % du chiffre d’affaires est réalisé en France, 40 % dans le reste de l’Europe, et 10 % hors du Vieux continent. "La marge de ces activités a augmenté en moyenne de 8 % chaque année depuis six ans. Et on a dit que l’on allait augmenter ces marges de 50 % entre début 2016 et fin 2018", indique Isabelle Kocher, qui prévient néanmoins qu’elle poursuivra à l’international des acquisitions ciblées dans l’enveloppe de 2 milliards d’acquisitions prévus sur la période 2016-2018. "Mais ce sera peut-être plus car on a réalisé le plan de transformation et baissé la dette, à 18 milliards d’euros, plus vite que prévu", précise la directrice générale.

Le Wifi dans les trains

Stratégiques, au cœur de la transition énergétique, les services d’efficacité énergétique ne sont pourtant pas la totalité des atouts d’Engie pour conquérir des nouveaux marchés. "Si l’efficacité énergétique pèse 80 % du chiffre d’affaires des services B2B, les services intégrés en représentent déjà 10 % et on veut les doubler d’ici à 2020", prévient Claude Turbet. Ces services intégrés, ce sont des contrats de performance sur toute la gestion technique d’un bâtiment, comme un hôtel intercontinetal à Paris, ou la gestion de bout en bout de la construction à la communication auprès du public, d’un centre nautique. "On a aussi des compétences fortes dans la mobilité collective. On était par exemple avec Vinci sur la ligne LGV Sud-ouest pour installer une partie du Wi-Fi, précise Franck Bruel, directeur général adjoint d’Engie. On a d’ailleurs fait l’acquisition du suédois Icomera, leader mondial sur la connectivité pour les systèmes ferrés et de cars." Engie est aussi présent dans la surveillance vidéo. Bien loin des services d’énergie... 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle