Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Les sept composants de STMicroelectronics dans la console de jeu Switch de Nintendo

Ridha Loukil , ,

Publié le

Le fabricant franco-italien de semiconducteurs STMicroelectronics fournit sept composants, dont deux Mems de détection des mouvements, à la nouvelle console Switch de Nintendo. Un succès en droite ligne avec le partenariat privilégié tissé avec le groupe japonais de jeux vidéo depuis 2005.

Les sept composants de STMicroelectronics dans la console de jeu Switch de Nintendo
Switch, la nouvelle console de Nintendo
© Nintendo

Beau succès pour STMicroelectronics. Le fabricant franco-italien de semiconducteurs emporte sept composants dans la Switch, la nouvelle console de jeu de Nintendo lancée le 3 mars 2017. C'est ce qui ressort du désossange de la console par TechInsights.

2 centrales inertielles à 6 axes

Les deux premiers composants sont des centrales inertielles à 6 axes. Ce sont des Mems (microsystème électromécanique) combinant les fonctions d’accéléromètre et de gyroscope. L’un équipe la console principale, l’autre la manette de jeux, pour la détection des mouvements des joueurs et le pilotage des jeux. Ils sont fabriqués dans l’usine d’Agrate, près de Milan, en Italie.

STMicroelectronics fournit également le circuit intégré de contrôle de l’écran tactile de la console principale. Ce circuit à détection capacitive et multipoints combine sensibilité élevée et consommation de courant faible. Il est réalisé sur le site industriel de Crolles, près de Grenoble, et probablement fabriqué en grand volume chez l'un des quatre fondeurs de l'entreprise: TSMC, GlobalFoundries, UMC et Samsung.

3 microcontrôleurs à 32 bits

La Switch embarque aussi trois microcontrôleurs à 32 bits du groupe franco-italien : un dans la manette de jeux pour contrôler la caméra infrarouge à détecteur de mouvement et la fonction sans contact NFC, un dans la station d’accueil pour les fonctions de gestion de l’alimentation, et un dans le dispositif d’accueil de la manette de jeux pour la recharge de la batterie. Les trois microcontrôleurs sont fabriqués à l’usine de Rousset, près d’Aix-en-Provence.

Enfin, STMicroelectronics équipe la manette de jeux d’un circuit sans fil NFC, offrant des fonctions de communication sans contact avec les accessoires de Nintendo. Il est réalisé sur le site industriel de Crolles et peut-être fabriqué en grand volume chez l'un des quatre fondeurs parrenaires.

La Wii, moteur du décollage des Mems de ST

Ce succès s’inscrit en droite ligne du partenariat privilégié tissé avec le groupe japonais de jeux vidéo depuis 2005. La célèbre Wii, vendue à plus de 100 millions d’exemplaires, a été la première console de jeu à embarquer des détecteurs de mouvements Mems. Et c’est STMicroelectronics qui a fourni l’accéléromètre et le gyroscope à cet effet. Un marché qui a joué un rôle moteur dans l’essor de son activité dans les Mems au point d'en faire le numéro deux mondial de ce marché (derrière Bosch) mais le numéro un sur les applications grand public.

L’impact de la Switch sur STMicroelectronics dépendra toutefois de l’accueil qui sera réservé à cette génération de console, sachant que celle d’avant, la Wii U, a été un grand flop.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle