Les semenciers répondent aux accusations de Cash Investigation

Le business des semenciers était au coeur de l'émission Cash Investigation diffusée ce 18 juin sur France 2. Directement attaqués, les professionnels du secteur n'ont pas attendu longtemps pour répondre aux accusations des journalistes. L'Usine Nouvelle a compilé leurs réactions.

Partager
Les semenciers répondent aux accusations de Cash Investigation
Les semenciers répondent aux attaques de Cash Investigation

Une fois de plus, l'émission Cash Investigation d'Elise Lucet sur France 2 fait réagir les spécialistes. Le reportage intitulé "Hold up sur nos fruits et nos légumes" s'attaquait cette fois aux semenciers et à leur main mise sur le marché des semences. Ces derniers n'ont pas hésité à répondre, sur les réseaux sociaux ou par communiqués, aux accusations de la chaîne publique.

Les semences hybrides ont envahi le marché

Selon Cash Investigation, les semences hybrides, c'est à dire issue du croisement de deux parents (de la même espèce), choisis pour leurs caractères complémentaires, auraient envahi le marché français.

Problème: ces plants ne sont pas stables dans le temps et les semences des générations suivantes auront des caractéristiques disparates. Une aubaine pour les semenciers qui revendent ainsi chaque année de nouvelles graines, explique l'équipe de Cash Investigation. Une accusation immédiatement démentie par le GNIS, l'interprofession des semences et des plants:

Les fruits et légumes n'ont plus de goût

Le GNIS explique également que semence hybride n'est pas irrémédiablement égale à légume sans gout: "l'hybridation n'est qu'une technique" se défend l'interprofession : "Concrètement, on peut trouver des variétés non-hybrides qui ont été sélectionnées prioritairement sur leurs qualités à la conservation et au stockage, au détriment de leur intérêt gustatif et nutritionnel. Inversement, avec l’hybridation, on peut sélectionner des variétés spécifiquement sur ces deux derniers critères."

Même son de cloche chez Limagrain. L'entreprise, directement ciblée par Cash Investigation est revenue sur les accusations de "tomates sans goût". Pour elle, rien à voir avec l'hybridation mais avec la présence du gène LSL (Long Shelf Life) qui permet une meilleure conservation des fruits et légumes dans le temps.

Autre front ouvert par Cash Investigation: les valeurs nutritionnelles des fruits et légumes. L'émission se base sur la table nutritionnelle Ciqual, gérée par l'ANSES, et explique que "les fruits et légumes ont perdu 16% de calcium, 27% de vitamine C et 48% de fer". Un argument de nouveau réfuté par le GNIS. L'interprofession s'appuie sur une étude publiée en 2017 dans le numéro 12 de la Revue de l’Académie d’Agriculture de France N°12 et qui prétend que "la vitamine C, emblématique de la valeur vitaminique des fruits et légumes, n’a pratiquement pas varié au fil du temps, à l’exception d’une diminution de 30 % pour la carotte. Il faut noter que la durée de conservation est le principal facteur de variation de la teneur en cette vitamine. Pour le ?-carotène, précurseur de la vitamine A, aucune diminution importante n’a été observée, sauf des teneurs nettement plus élevées (3 fois plus) dans des variétés actuelles de poireau et de laitue".

1 Commentaire

Les semenciers répondent aux accusations de Cash Investigation

Fibra
29/06/2019 21h:56

Il y a des années que ces informations sont enseignés dans certaines écoles, combien de fois lorsque ces faits étaient dénoncés ont nous a regardé comme des parias ! nous faisant passer pour des fous, des enpecheurs de tourner en rond ! le corps médical fut le premier ! Quel bonheur, quelle joie de voir enfin ces infos mises au grand jour ! bravo Elise, bravo !

Réagir à ce commentaire

Sujets associés

NEWSLETTER Agroalimentaire

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

78 - St Germain en Laye

Entretien de linge de table dans les bâtiments communaux

DATE DE REPONSE 04/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS