Les scieries bourguignonnes investissent et recrutent

Monnet-Sève dans la Nièvre et Forestière Développement pour sa filiale d’Autun (Saône-et-Loire) se dotent de nouvelles lignes de sciage ultra-performantes pour répondre principalement au marché de la construction, de l’emballage et de la palette.

Partager
Les scieries bourguignonnes investissent et recrutent

La nouvelle ligne de production en cours d’implantation à la scierie Monnet-Sève à Sougy-sur-Loire (Nièvre), l’un des leaders du sciage de résineux en France, développe les dernières technologies de sciage.

Dans un contexte de hausse des cours du bois et de stagnation du prix de vente des produits transformés, l’économie de matière première est la première motivation de cet investissement de 13 millions d’euros, opérationnel dans le milieu de l’année prochaine. "A eux seuls, les trois postes de sciage en courbe, décalé et en diagonale améliorent le rendement matière de 5 %", précise Jean-Claude Sève, PDG d’un groupe de 115 millions d'euros de chiffre d'affaires et 470 salariés.

A ce gain de matière, l’entreprise ajoute la recherche d’une meilleure qualité. Le sujet est sensible dans le secteur de la construction, principal débouché de la scierie de Sougy (180 personnes). Depuis la mise en route d’une usine de lamellé-collé en 2010, la construction représente 80 % de son chiffre d’affaires, pour moitié avec du douglas du Morvan, l’autre avec de l’épicéa. Les parties les moins nobles sont dirigées vers l’emballage et la fabrication de palettes. L’investissement répond aussi à un développement des marchés à l’export qui représente aujourd’hui 25 % du chiffre d’affaires.

Grâce à ce nouvel outil, l’industriel prévoit dans les cinq ans, la création de 25 emplois. Ils se déploieront à la fois dans la scierie et dans l’usine de lamellé-collé qui la jouxte. L’investissement est subventionné à hauteur de 1 million d’euros par les collectivités locales (conseil régional de Bourgogne, conseil général de la Nièvre) et les fonds européens. Dans le cadre des aides à la réindustrialisation, l’Etat accorde un prêt de 3 millions d’euros à un taux 0 qui, selon le chef d’entreprise, avec toutes les expertises nécessaires au dossier administratif, n’est guère plus intéressant qu’un prêt bancaire classique.

Doublement de capacité chez Forêts et Sciages d’Autun

De son côté, Forêts et Sciages d’Autun (FSA), qui exploite depuis 2006 une scierie sur l’un des parcs d’activités d’Autun (Saône-et-Loire), s’apprête à doubler ses capacités de sciage afin d’atteindre les 100 000 mètres cubes annuels. Pour réaliser cette opération, l’entreprise, filiale du groupe Forestière Développement (80 millions d’euros de chiffre d’affaires, 250 salariés), basé à Maillat (Ain), rachète un bâtiment de 1 000 mètres carrés à la Communauté de communes de l’Autunois.

Elle y installera une nouvelle ligne de sciage pour traiter des grumes uniquement de Douglas du Morvan jusqu’à 70 centimètres de diamètre, contre de 15 à 50 centimètres actuellement. "Les bois deviennent trop gros et sont impropres au traitement industriel, alors nous nous adaptons pour élargir notre ressource, mais c’est un véritable problème dans certains massifs comme ceux de Franche-Comté et de Rhône-Alpes", explique Anne Vignat-Ducret qui co-dirige avec son frère Cyrille Ducret Forestière Développement.

L’investissement frise les trois millions d’euros avec l’acquisition d’un matériel ultraperformant que fournira la société française EGA System.

Grâce à son ingénierie embarquée, il maximise le rendement matière en réduisant au maximum les chutes. Opérationnelle en 2015, cette nouvelle ligne favorisera à terme l’embauche d’une dizaine de personnes, spécialisées en électronique et mécanique de préférence. Sur Autun, FSA, qui emploie une douzaine de salariés, développe aussi une activité de seconde transformation en intégrant le rabotage et le séchage. Le groupe Forestière Développement exploite également une filiale à Baume-les-Dames (Doubs). Baptisée Syscobois (17 salariés), elle fabrique du lamellé-collé des bois raboutés et construit des bâtiments agricoles.

Didier Hugue


©Forêts et Sciages d'Autun - Atelier de production chez Forêts et Sciages d'Autun.

0 Commentaire

Les scieries bourguignonnes investissent et recrutent

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER L’actu de vos régions

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS