Les salariés moins stressés mais plus fatigués

La pression psychologique sur les salariés est descendue de 4 points en moyenne cette année. Moins stressés, ils sont toutefois plus fatigués, d’après une enquête du groupe de protection sociale Malakoff Médéric. Les cadres sont particulièrement concernés.

Partager

Les salariés moins stressés mais plus fatigués

En 2010, un nombre plus important de salariés ont subi une réorganisation de leur travail ou un changement professionnel important. Ainsi, 25 % d’entre eux ont vécu une restructuration de leur service ou entreprise, contre 20 % en 2009. 17 % ont dû faire face à un changement professionnel important contre 15 % l’an dernier. Et pourtant, le moral se porte mieux : ils ne sont que 18 % cette année à déclarer subir une pression psychologique, en d’autres termes à être stressés. Ils étaient 22 % dans ce cas l’an dernier. 69 % déclarent que leur travail est nerveusement fatiguant, contre 72 % en 2009, et 72 % qu’il leur impose de travailler très vite (75 % en 2009).

Le groupe de protection sociale Malakoff Médéric explique les résultats de son enquête annuelle sur l’état de santé des salariés ainsi : « les mutations annoncées l’an dernier ont généré du stress mais, une fois celles-ci effectuées, la tension s’est allégée. » Moins stressés qu’en 2009, mais plus fatigués. 64 % des salariés interrogés ont dit sentir une fatigue au cours des 2 dernières semaines, contre 60 % en 2009. Toutes les catégories professionnelles ne subissent pas de façon homogène la pression, le stress ou les réorganisations. Et c’est le 3 e enseignement de l’étude : les ouvriers sont plus sereins que les cadres.

Les ouvriers se font moins de bilE

33 % des cadres ont connu une mutation de leur environnement professionnel, un nombre en hausse de 3 point par rapport à l’an dernier. Ils se plaignent d’une perte globale d’efficacité puisque 35 % d’entre eux seulement s’estiment très efficaces dans leur travail, contre 42 % en 2009. Conséquences de ces perturbations : leur niveau de fatigue a grimpé de 9 points en un an pour atteindre 60 %, et leur santé se dégrade (23 % la déclarent moyenne contre 19 % en 2009). Les ouvriers se font moins de bile. Leur environnement professionnel a aussi été impacté par la crise. 20 % des ouvriers rapportent des restructurations (16 % en 2009). Malgré cela, ils sont désormais une majorité à avoir confiance dans leur situation financière (51% contre 46 % en 2009), à se sentir plus heureux (62 %, + 5 points) et moins isolés (46 %, - 6 points). Toutefois, l’ombre au tableau : leur travail n’est pas très enrichissant. 53 % (contre 58 % en 2009) jugent que leur travail leur permet d’apprendre des choses nouvelles. Et 71 % rapportent une moindre prise d’initiative qu’auparavant.

Lucile Chevalier

Lucile Chevalier

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 mars pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS