"Les salariés français sont prêts pour les transformations induites par le numérique" estime Emmanuel Baudoin enseignant à Telecom école de management

Emmanuel Baudoin est professeur associé à Telecom Ecole de Management et directeur du HRM DIGITAL LAB. A ce titre il a contribué à une étude sur les usages numériques des salariés français. Plutôt optimistes sur l'impact du numérique sur leur emploi, ils sont plutôt prêts aux changements en cours. Emmanuel Baudoin décrypte pour nous les principales conclusions de ce travail en deux temps. 

Partager
Les salariés français n'ont pas peur des outils numériques qu'ils maîtrisent plutôt bien.

L'Usine Nouvelle - Pourquoi s'intéresser aux pratiques des salariés en matière de transformation digitale ?

Emmanuel Baudoin - A Telecom Ecole de Management, nous avons la conviction que la dimension humaine et plus généralement les questions de management des resssources humaines sont au coeur de la transformation digitale. Rien ne peut se passer sans les individus. Parfois les entreprises que nous sommes amenés à rencontrer nous expliquent qu'elles ont des problèmes de technologie. Mais quand on creuse, très vite il apparaît que les vrais problèmes concernent les ressources humaines, que l'on parle de recrutement, de développement des compétences, de conduite du changement ou de rétention des talents.

D'où notre décision de faire une étude avec OpenSourcing, Kantar TNS, avec le soutien du CFA EVE et de l'ANDRH de l'Essonne. Nous avons à la fois conduit un baromètre auprès d'un échantillon représentatif de 1 000 salariés avec Kantar TNS et des enquêtes quantiatives complémentaires avec OpenSourcing. Nous voulions savoir quel était le degré de maturité numérique des salariés.

Les résultats montrent des salariés français plutôt à l'aise avec le numérique. Cela vous a-t-il étonné ?

Ce qui nous a surtout surpris c'est l'ampleur des résultats qu'on pressentait mais pas forcément à de tels niveaux. Par exemple, ce que l'on appelle le "self RH", soit la prise en main des outils de RH par les salariés via le numérique est beaucoup plus développé qu'on aurait pu le penser. Par exemple, plus d'un salarié sur deux, 52 % exactement, pratique l'apprentissage numérique informel. Cela signifie qu'ayant besoin d'un savoir ou d'une compétence, il n'attend pas qu'on le forme ni ne fait la demande, il trouve la réponse par ses propres moyens. 5 % disent le faire tous les jours et 18 % quelques fois par an, pour donner les proportions extrêmes.

Est-ce un changement en profondeur de la relation à l'apprentissage, à la formation ?

L'auto-apprentissage existe depuis longtemps. En revanche, ce que le numérique change, c'est l'importance des ressources accessibles à un nombre de personnes jamais atteints.

C'est la même chose avec la marque employé, c’est à dire faire connaître et revendre ses compétences via les médias numériques. Il y a toujours eu des gens qui savaient comment se vendre, tisser les bons réseaux physiques. Avec les nouveaux outils numériques, le nombre de personnes qui peuvent le faire s'est démultiplié. 43 % des salariés que nous avons interrogés répondent qu'il est important de gérer leur réputation en ligne professionnelle et 47 % disent être à l'aise pour le faire !

Pour eux, le numérique est globalement positif ?

C'est une autre source d'étonnement pour nous. Alors qu'on pourrait imaginer des salariés inquiets par le numérique, 40 % déclarent que le numérique va changer leurs pratiques professionnelles mais pour rendre leur métier plus intéressants. 34 % pensent que le numérique n'aura pas d'impact. Le résultat, c'est que seulement un quart des salariés est inquiet, qui se compose ainsi : 22 % estiment que le numérique va changer leur métier et le rendre moins intéressant et seulement 4 % craint qu'il ne disparaisse complètement. Plus étonnant encore, il n'y a pas de différence significative dans ses ordres de grandeur entre les cadres et les non cadres. Si les salariés qui nous ont répondu disent la vérité, ils sont plutôt prêt au changement.

Par rapport à ce que vous disiez au début, n'est ce pas paradoxal de croire à la formation en ligne ? Le vrai changement ne serait-il pas un changement de culture d'entreprise qui favorise les échanges entre les individus ?

Si on regarde maintenant l'étude qu'on a faite avec OpenSourcing et non plus le baromètre réalisé avec Kantar TNS, les réponses qui nous sont données montrent que la première source d'apprentissage est constituée par les tutoriels et les vidéos, suivi par l'environnement social que ce soit les collègues ou même la famille, les amis. Autrement dit, pour se former, les salariés demandent aussi à ceux qui savent autour d'eux, même si le mode de formation plébiscité reste le présentiel en entreprise de courte durée.

Trouvez-vous que les entreprises que vous rencontrez, et notamment les DRH, ont pris conscience de toutes ces évolutions ? Ou sont-elles encore bloquées sur un vieux modèle ?

Si on regarde ce que j'ai appelé tout à l'heure le self RH, certaines entreprises sont à la pointe sur le sujet. Elles proposent des solutions innovantes. C'est encore peu courant mais cela existe et tend plutôt à se développer. Plus globalement, les entreprises ont pris conscience qu'il n'y avait pas que les formations active en face à face qui compte.

D'après mes observations, il manque malgré tout un effet de masse. Il faudrait développer des plates-formes d'apprentissage notamment pour les PME et les TPE qui n'ont pas toujours les moyens et le temps d'identifier les bons outils.

Si on revient au sondage, on voit aussi que les salariés maîtrisent plutôt bien les outils numériques. Ils sont donc prêts à la suite ?

Trois principaux groupes d'outils numériques sont maîtrisés d'après les réponses des personnes que nous avons interrogées : les moteurs de recherche, les outils bureautiques et les réseaux sociaux personnnels et professionnels. Ce qui l'est un peu moins ce sont les outils de visio conférences ou de prises de notes. Et tout ce qui est lié au multimédia reste marginalement connu.

L'intégralité de l'étude peut être consultée ici.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Samuel Valensi est un jeune metteur en scène engagé. Passionné de théâtre, il a décidé de quitter les bancs d'HEC pour écrire et mettre en scène. Il est...

Écouter cet épisode

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG.

Technicien de Maintenance en Matériel / Equipement H/F

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG. - 27/06/2022 - CDI - BORDEAUX

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

Acquisition de poste informatique de type Mini PC et écran.

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS