Economie

"Les salariés doivent réclamer une autre politique de l’emploi", selon Agnès Le Bot (CGT)

Cécile Maillard ,

Publié le

Entretien Près de 150 manifestations sont organisées ce mardi 18 mars dans toute la France à l’appel de la CGT, FO, FSU et Solidaires, pour protester contre le pacte de responsabilité. Agnès Le Bot, secrétaire confédérale de la CGT, plaide pour une relance de l’emploi par une politique industrielle ambitieuse et une hausse des salaires.

Les salariés doivent réclamer une autre politique de l’emploi, selon Agnès Le Bot (CGT) © CGT

L'Usine Nouvelle - Que reprochez-vous au pacte de responsabilité ? Selon vous, baisser les cotisations sociales patronales n’a aucun impact sur l’emploi ?

Agnès Le Bot - Ce pacte n’est absolument pas un pacte pour l’emploi. Depuis vingt ans, le patronat vit sous perfusion des exonérations de cotisations et des aides publiques, sans que cette logique n’ait fait la preuve de son efficacité. Depuis vingt ans, on nous rabâche que le travail coûte trop cher, et on essaie de nous faire croire que diminuer ce coût permettra de faire un miracle pour l’emploi. Ce n’est pas vrai ! Regardez le taux de chômage ! Regardez l’industrie française, à la peine faute d’investissements, de R&D à un niveau suffisant, d’investissement dans les qualifications… Nous avons un désaccord de fond avec cette vision. De plus, cette diminution de ce que le patronat appelle des "charges" ne s’accompagne d’aucune réelle contrepartie. Il s’agit juste de donner satisfaction au patronat en général, à Pierre Gattaz en particulier. En réalité, cela aboutira à moins d’emplois, moins de services publics, moins de protection sociale. Quand on affaiblit cet ensemble, on ne créé pas la situation d’une croissance économique.

Que proposez-vous d’autre pour relancer l’emploi ?

Il faut remettre à l’ordre du jour une véritable politique industrielle, pousser à la création d’emplois de qualité, au développement des services publics, et réaliser une augmentation générale des salaires, dans le privé comme dans le public. Notre appel à la mobilisation de ce 18 mars vise à mobiliser les salariés sur ces questions. Ils doivent se mêler de leurs affaires, et réclamer une autre orientation de la politique de l’emploi. La pire des situations, pour les salariés, c’est l’inertie. Avec d’autres organisations syndicales, nous réclamons aussi, depuis des années, une évaluation contradictoire et sérieuse des effets des 200 milliards d’euros d’exonérations sociales et d’aides publiques. On voit bien, par exemple, que les exonérations de cotisations sur les bas salaires sont des trappes à bas salaires… Avant de poursuivre dans cette voie, il faut savoir quelle est l’efficacité réelle de ces dépenses, pour l’emploi, les qualifications…

La CGT et Force ouvrière ont tenu des propos sévères à l’égard des organisations syndicales qui, comme la CFDT, la CFTC ou la CFE-CGC, ont signé le pacte de responsabilité, créant des tensions entre organisations syndicales. Est-ce le meilleur moyen de faire avancer vos revendications ?

Les salariés ont besoin d’un syndicalisme rassemblé, notamment en période de crise économique et sociale. C’est le premier de tous les paradigmes. Nous devons pouvoir nous dire nos désaccords, et les faire connaître aux salariés, sans rentrer dans des polémiques qui ne servent que ceux qui ont intérêt à diviser le syndicalisme. Le 4 avril se tiendra une mobilisation européenne pour plus d’investissements dans la politique industrielle, qui se déroulera dans un cadre syndical plus large. Le rapport de forces n’est pas à l’avantage des salariés, ils ont plus que jamais besoin des organisations syndicales pour porter leurs revendications.

Propos recueillis par Cécile Maillard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte