Les salariés de Yara toujours dans l’inquiétude

Partager

Les essais à blanc auraient du être réaliser en début de mois. Ils sont reportés à la date du 28 septembre.

Les raisons ? Le dossier de la LGV s’invite au programme des services de la Préfecture. Et avec la campagne des Sénatoriales, les sujets sensibles sont remis à plus tard. N’empêche ! L’inquiétude demeure chez les salariés de l’usine du norvégien Yara, à Pardies en Pyrénées-Atlantiques.
Ces essais à blanc doivent simuler les chargements de produits, les interventions des services de sécurité et d’incendie. Des essais obligatoires qui, s’ils s’avéraient positifs, devraient permettre au Préfet de délivrer le feu vert pour le projet qu’entend mener l’entreprise.
Le site a une capacité de production annuelle de 130 000 tonnes de nitrate dont 20 000 tonnes destinés aux marchés de l’Afrique subsaharienne, du Maghreb qui sont acheminées par train de Pau jusqu’à Port-la-Nouvelle, en Méditerranée.
Il faut rappeler que pour raccourcir ce circuit logistique, l’entreprise souhaite passer par le port de Bayonne, distant de 70 km de l’usine.
Le nitrate d’ammonium stocké dans des « bigbag » serait acheminé par train de la gare d’Artix jusqu’au port de Tarnos. Là, des grues enlèveraient les bigbag pour les déposer dans un bateau.
En juillet dernier, Yves Bonte, responsable du segment industrie au sein de Yara International, s’était rendu dans l’usine de Pardies. Il ne s’était pas privé de rappeler que le refus d’accueillir ce trafic sur le port de Bayonne, était préjudiciable pour l’entreprise, et a indiqué qu’une décision serait prise d’ici la fin du premier semestre 2012 pour l’usine et ses 94 salariés.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS