Transports

Les salariés de Valeo Dijon s'inquiètent pour leur site

, , , ,

Publié le

Social

La construction d'une usine flambant neuve à Kosice, en Slovaquie, dédiée à remplacer les ateliers actuellement loués sur place, fait craindre le pire aux 155 salariés de Valeo Dijon (Côte-d'Or), spécialisés dans la fabrication de clés, serrures et antivols pour les véhicules automobiles.

La direction de la branche sécurité habitacle (une dizaine d'usines) dont ils dépendent ne leur a pas caché l'éventualité d'une fermeture de site pour 2008 ou, au mieux, une restructuration en une simple unité de pièces de rechange. «Nous avons alors fait la relation de cause à effet, sachant que Valeo cherche à fabriquer dans des pays à plus bas coûts de main d'œuvre», souligne un syndicaliste.

L'inquiétude des personnels dijonnais le dispute à leur agacement car ils affirment leur site rentable. « Nous fournissons pour la Roumanie de très nombreuses pièces de la Logan et la gamme complète pour le modèle break, c'est dire ! », s'exclame Ramiro Grilo, délégué CFDT, secrétaire du comité d'établissement à Dijon et membre du comité central d'entreprise qui exige une clarification de la situation avant la fin juin. En cas de délocalisation de la production en Slovaquie, le site de Nevers (Nièvre) et ses 800 salariés, dont les fabrications sont similaires, pourrait être aussi affecté.

Le groupe Valeo a réalisé près de 10,1 milliards d'euros de chiffre d'affaires, en hausse de 2,6%. La branche sécurité habitacle pèse pour 719 millions dans ce total.

De notre correspondant en Bourgogne, Didier Hugue

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte